Frédéric Nicolay, des bars branchés au CrossFit

©Jonas Roosens

Le concepteur de cafés et restos tendances s’est associé à deux jeunes entrepreneurs, anciens nageurs de haut niveau, pour lancer lundi la première salle de CrossFit au centre de Bruxelles.

Corentin Poels et Pierre-Yves Romanini (30 et 32 ans) sont deux copains qui se sont affrontés dans des compétitions de natation de haut niveau. Ils ont participé à des championnats du monde et d’Europe et ont même décroché l’or aux championnats du monde masters en 4x50 mètres nage libre 100-119 ans.

©Jonas Roosens

Le premier, diplômé de Solvay, travaille chez BNP Paribas Fortis. Il s’est d’abord occupé de financement de start-ups avant de devenir "innovation strategist". Entraîneur de natation, le second est devenu, à Paris, coach de CrossFit (une marque déposée), programme d’entraînement mêlant haltérophilie, gymnastique et endurance. Il a été créé il y a une quinzaine d’années par l’Américain Greg Glassman qui en a fait un juteux business.

Pour exploiter une salle de CrossFit, il faut posséder la licence éponyme et s’acquitter d’une redevance annuelle de 3.000 dollars. Il y aurait environ 100 salles en Belgique (des "box" dans le jargon), dont une dizaine à Bruxelles. "Mais il n’y en a pas une seule dans le Pentagone", observe Corentin Poels. "À la différence d’autres salles de sport, le CrossFit est plus ludique, plus varié, plus convivial; on travaille en petits groupes de 12 et non chacun de son côté", ajoute Pierre-Yves Romanini.

Ce dernier rêvait d’ouvrir son infrastructure. Paris étant hors de prix, il décide de se rabattre sur Bruxelles en entraînant son ami dans l’aventure. C’est là qu’intervint Frédéric Nicolay. Le concepteur d’une quarantaine de bars tendances à Bruxelles (le Café Belga, le Bar du Matin, le Mappa Mudo, le Roi des Belges….) est, en entre autres, propriétaire d’un vaste bâtiment de 600 m² à deux pas du Centre Dansaert, qui abrite start-ups et PME. Tour à tour station-service, galerie d’art avant d’abriter les bureaux de Take Eat Easy puis d’Uber, le bâtiment s’apprêtait à être vidé par ce dernier. ça tombait bien: Corentin Poels a comme client Frédéric Nicolay et s’est occupé de Take Eat Easy.

Les trois hommes ont créé la SPRL District K afin d’exploiter les lieux en salle de CrossFit. Les deux anciens nageurs sont majoritaires et Frédéric Nicolay minoritaire, mais il met gracieusement le bâtiment à disposition pendant six mois et se charge de l’aménagement. On y reconnaît sa patte: omniprésence du bois, du verre, matériaux de récupération comme ces 60 palettes récupérées de chez Uber. "C’est nouveau pour moi, mais c’est un projet dans lequel je crois profondément", confie Frédéric Nicolay. Au day-to-day, la salle sera animée par Pierre-Yves Romanini, son comparse restant actif chez BNP Paribas Fortis.

"Reward crowdfunding"

©Jonas Roosens

L’investissement (aménagement, matériel) s’élève à 90.000 euros. 60.000 ont été financés par un prêt de Belfius et, à hauteur de 10.000 euros par le Fonds bruxellois de garantie et par un subside de la Région. Les fondateurs et leurs proches ont mis 18.000 euros sur la table, le solde, 12.000 euros, vient d’un "reward crowdfunding", les souscripteurs recevant un abonnement à la salle. Plus de 80 personnes y ont souscrit, deux fois plus qu’espéré.

Pour être break-even, la salle doit capter 200 abonnés (comptez au minimum 95 euros par mois) et 400 pour être réellement rentable. Public visé: les trentenaires urbains, branchés et hyper actifs, en quête de décompression après une journée remplie. "La moitié de nos premiers membres sont des expats ou des néerlandophones très présents dans le quartier", relève Corentin Poels. En bon Solvay boy, il a pris en charge le marketing de l’affaire: distribution de 4.000 sous-bocs CrossFit dans les cafés environnants, flyers chez les commerçants, réseaux sociaux…

Si la formule prend, Corentin Poels et Pierre-Yves Romanini aimeraient non pas multiplier les salles de CrossFit mais ouvrir d’autres salles de sport urbain dédiées à l’escalade, au beach volley, à l’urban foot, etc.

©Jonas Roosens

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect