Kinepolis: "impact très important"du port du masque

Depuis le début de l'année, les salles du Groupe Kinepolis ont vu leur fréquentation chuter de 54,1%. ©Remko Kool

Les résultats semestriels publiés par Kinepolis Group sont plus mauvais que prévu. Le groupe assure pouvoir encore résister longtemps à la crise.

Après une année 2019 record, Kinepolis fait face à un premier semestre 2020 d’un tout autre type. Fortement impacté par le Covid-19 et les mesures sanitaires, le groupe doit faire face à une chute de fréquentation vertigineuse par rapport à l’année dernière. Le nombre de visiteurs a ainsi diminué de 54,1 %, à 8,1 millions de visiteurs. L'obligation du port du masque dans les salles de cinéma durant la projection des films en Belgique a eu et a "un impact très très important" sur la fréquentation des complexes du groupe Kinepolis, a reconnu jeudi son CEO Eddy Duquenne lors de la présentation des résultats de l'entreprise. "Nous avons observé une grande différence entre la période où il n'était pas obligatoire et celle où il l'est. Le chiffre d'affaires a ainsi baissé, selon nos estimations, de 35 à 40%", déplore le patron. La situation actuelle n'est pas rentable, ajoute-t-il.

Dans la même proportion, le chiffre d’affaires chute lui de 52,7 %, à 112,6 millions d'euros. L’ebitda ajusté a enregistré pour sa part un recul de 76,6 %, pour atteindre 16,4 millions d'euros.

L’endettement s’envole

Les analystes avaient prédit des résultats "catastrophiques" pour le groupe Kinepolis, ils ne se sont pas trompés. .Le résultat net de Kinepolis pour le premier semestre de 2020 s’élève à -29,7 millions d'euros. Le groupe justifie cette baisse par "la baisse du résultat opérationnel, par l’augmentation des charges financières et par l’accroissement des amortissements résultant de l'expansion en 2019". De son côté, l’endettement financier net par rapport au 31 décembre 2019, hors dettes de location, a grimpé à 462,8 millions d'euros.

462,8 millions €
Endettement de Kinepolis Goup
L’endettement financier net par rapport au 31 décembre 2019, hors dettes de location, a grimpé à 462,8 millions d'euros.

"Kinepolis est entré dans la crise avec une forte trésorerie et a ensuite mis tout en œuvre pour adapter au maximum et à très court terme ses coûts à l’impact de la Covid-19 sur ses activités", explique le groupe dans un communiqué.

Le flux de trésorerie libre est désormais à -29,4 millions d'euros en raison de la baisse du résultat opérationnel, de l’évolution du fonds de roulement et de la hausse des intérêts payés. Le CEO du groupe, Eddy Duquenne, reste malgré tout confiant : "Compte tenu des circonstances exceptionnellement difficiles, nous continuerons à suivre de près la situation de trésorerie de notre entreprise et la maîtrise des coûts qui y est associée évolue comme prévu. En d’autres termes, notre groupe sera en mesure de faire face à l'impact du coronavirus pendant longtemps encore. », commente Eddy Duquenne, CEO de Kinepolis Group.

"Notre groupe sera en mesure de faire face à l'impact du coronavirus pendant longtemps encore."
Eddy Duquenne
CEO de Kinepolis Group

Report des investissements

Pour faire le gros dos durant la période actuelle, différentes mesures ont été prises par le groupe pour limiter le "cash out". Il n’y aura pas de dividende pour 2019, Kinepolis a engagé des négociations avec les fournisseurs et les propriétaires de salles de cinéma louées pour obtenir des concessions financières à la suite de la réduction ou de l’arrêt des activités et le groupe a officialisé le report maximum de tous les investissements, à l'exception des projets de nouvelles constructions en cours.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés