Kinepolis limite la casse grâce à sa présence internationale

À peine 400.000 spectateurs ont fréquenté les salles du groupe Kinepolis au premier trimestre. ©Photo News

Les revenus de Kinepolis sont en recul, mais le groupe limite la casse grâce, notamment, à l'ouverture de salles aux États-Unis.

Premier trimestre encore et toujours en mode Covid pour Kinepolis . Le groupe de cinéma rappelle qu'au cours des trois premiers mois de son exercice 2021, seuls les cinémas américains MJR et quelques salles en Espagne et au Canada ont pu accueillir des spectateurs. Au Luxembourg, les portes des cinémas ont rouvert mi-janvier. En Belgique, aux Pays-Bas, en France et en Suisse, la fermeture des complexes s'est prolongée tout au long du trimestre.

Rien de surprenant donc à voir le taux de fréquentation des salles de Kinepolis atteindre à peine 5% (400.000 spectateurs) du taux affiché à la même période en 2020.

400.000
spectateurs
Les salles de Kinepolis à travers le monde ont accueilli à peine 400.000 spectateurs. au premier trimestre.

Kinepolis se targue toutefois d'avoir réussi à limiter le recul des revenus grâce à une baisse moins importante des revenus des concessions (location d'espaces commerciaux) et de la distribution de films.

Si la vente de tickets (box office) s'affiche en baisse, la vente de boissons et collations a légèrement augmenté, quant à elle. L'activité américaine a connu, en effet, une consommation supérieure des snacks en salles.

A contrario, le chiffre d'affaires des activités B2B, de la publicité à l'écran, mais aussi des activités immobilières, est sous pression.

Perte de trésorerie limitée

L'ebitda s'inscrit dans le rouge, mais Kinepolis limite la casse grâce à des coûts réduits de moitié au premier trimestre. Le résultat net se solde également par une perte trimestrielle. La dette financière nette progresse à 539,6 millions d'euros.

"Kinepolis est toujours dans une position financière solide aujourd'hui. Nous parvenons à limiter la perte de trésorerie à 4,7 millions d'euros par mois."
Eddy Duquenne
CEO du groupe Kinepolis

Abstraction faite de certains paiements annuels uniques en janvier et février, chaque mois Kinepolis a dépensé 4,7 millions d'euros de liquidités, contre 5,8 millions par mois lors de la fermeture complète.

"Kinepolis est toujours dans une position financière solide aujourd'hui. Nous parvenons à limiter la perte de trésorerie à 4,7 millions d'euros par mois. En prenant un nouveau prêt de 80 millions d'euros plus tôt cette année, nous avons également un confort supplémentaire créé, résultant en 144,5 millions d'euros de ressources financières disponibles à la fin mars", explique Eddy Duquenne, CEO du groupe dans un communiqué.

Vers une réouverture

Le patron attend désormais le feu vert pour reprendre une activité dans les pays toujours cadenassés par les mesures sanitaires. "La faim des cinéphiles est illustrée par le succès actuel de 'Godzilla contre Kong ', un film que les gens veulent voir sur grand écran. Les studios américains continuent de privilégier une sortie sur les grands écrans de leurs blockbusters."

Kinepolis affirme qu'il continuera à se concentrer sur la gestion de ses liquidités, la réouverture de ses cinémas et les futurs résultats du groupe au cours des prochains mois.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés