Le cinéma White est encore loin de ses objectifs

©White cinema Docks

Les performances du cinéma devraient peser dans la négociation en cours pour la vente du centre commercial Docks Bruxsel où il est implanté.

La fréquentation des salles de cinéma a (très) légèrement progressé l’an dernier (0,8% à 19,55 millions de visiteurs). Pourtant, pas moins de quatre nouveaux cinémas ont fonctionné pour la première fois en année complète. Parmi eux, le White Cinéma. Inauguré à l’automne 2016, ce complexe de huit salles offrant les dernières technologies devait être un des principaux pôles d’attraction du nouveau centre commercial Docks Bruxsel situé en bordure du canal au nord de la capitale.

Lors de son lancement, ses initiateurs, le groupe Belga Films, actif dans le financement, la production et la distribution de films, déclaraient vouloir mettre en avant une autre manière de consommer le cinéma loin des gigantesques hangars à blockbusters façon Kinepolis: design épuré, salles plus intimistes mais confortables et bien équipées, bar à vins et tapas et, surtout, interdiction formelle d’emporter snacks, paquets de chips et pop-corn en salle. De quoi ravir les vrais cinéphiles grâce aussi à une programmation variée mêlant films plus grand public et films d’auteur. "Nous voulons ramener dans les salles obscures les gens qui n’y vont plus", résumait à l’époque le CEO Patrick Vandenbosch.

©White cinema Docks

La mayonnaise n’a pas (encore) pris. Selon nos informations, environ 120.000 tickets ont été écoulés l’an dernier, un chiffre qui nous a été confirmé par Jérome de Béthune, COO de Belga Films. Lors de son lancement, Belga Films nous avait indiqué vouloir atteindre les 350.000 visiteurs par an. On est loin du compte, même si en septembre dernier Jérôme de Béthune avait déjà nettement revu les ambitions à la baisse tablant sur 140.000 spectateurs en 2017.

A titre de comparaison, le Cameo à Namur, rouvert en 2016 et dédié au cinéma d’auteur a attiré 150.000 cinéphiles selon la RTBF, soit 30.000 de plus que prévu. Lancé lui aussi fin 2016, le Quai 10 à Charleroi axé également sur le cinéma Art et Essai en a séduit 90.000.

Pourquoi ce démarrage si lent?

White possède quelques handicaps. Le centre commercial est excentré et est quasiment désert le soir. Les prix pratiqués ne sont pas vraiment les plus bas du marché: 12,50 euros le ticket de base (sans supplément de prix toutefois pour les films en 3D) alors que le prix moyen dans les salles belges est de 8,23 euros.

©White cinema Docks

Pour redresser la barre, le White Cinéma a notamment lancé une carte de fidélité réduisant le prix du ticket moyen à 7,50 euros et revu la programmation désormais plus axée sur les blockbusters. Il semble que la fin de l’année 2017 ait donné des signes de redressement grâce à une offre de films plus riche. "La fin de 2017 et le début de 2018 sont en forte hausse et le taux de satisfaction des visiteurs est très bon", assure Jérôme de Béthune qui se  félicite aussi du succès du "business to business".

Le propriétaire de Docks, le groupe Equilis (famille Mestdagh) s’est refusé à tout commentaire. Mais il est clair que les performances du complexe cinématographique pèseront dans la balance dans la négociation en cours pour la vente du centre commercial alors qu’un candidat acheteur reste, selon nos informations, en négociations avancées avec Equilis.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content