Publicité
Publicité

Marc Coucke agrandit son empire dans le loisir

Avec Compagnie des Alpes, Marc Coucke s'offre le plus gros morceau, à ce jour, dans l'industrie des loisirs. ©Photo News

L'homme d'affaires entre au capital de la Compagnie des Alpes, propriétaire, entre autres, des parcs d'attractions Walibi et Bellewaerde, et premier opérateur de domaines skiables au monde.

Originaire du plat pays, Marc Coucke n'en oublie pas pour autant de regarder les sommets. L'homme d'affaires va, en effet, rejoindre le capital de la Compagnie des Alpes , qui compte aussi en portefeuille du Parc Astérix au musée Grévin, en passant par le Futuroscope.

10
millions €
Marc Coucke s'est engagé à injecter dix millions d'euros à une augmentation de capital de quelque 230 millions lancée par le groupe français Compagnie des Alpes.

Via son véhicule d'investissement Alychlo, Coucke s'est engagé à participer pour 10 millions d'euros à une augmentation de capital de quelque 231 millions d'euros, lancée par le groupe français, afin de réduire son endettement. Les principaux actionnaires historiques (dont l'État français via la Caisse des Dépôts) participent, eux aussi, à l'opération.

Après coup – passant concrètement par l'acquisition de droits de souscription du holding Sofival qu'il compte exercer dans la foulée –, Marc Coucke détiendra quelques pour cents dans la Compagnie Des Alpes. Alychlo détenait d'ores et déjà 50.000 actions de l'opérateur (0,2%) avant l'opération.

Des secteurs qu'il connaît bien

C'est toutefois loin d'être la première aventure de l'homme d'affaires dans le secteur des loisirs. Et pour cause, il détient depuis 2015 pas moins de 30% des actions du parc animalier Pairi Daiza, détenu par son fondateur Eric Domb. Il est aussi à bord de l'opérateur néerlandais de pistes de ski indoor SnowWorld, dont il possède désormais 83% du capital, après avoir systématiquement augmenté sa participation.

Avec Pairi Daiza (30%) et SnowWorld (83%), Marc Coucke est déjà actif dans les mêmes secteurs que la Compagnie des Alpes, mais à une échelle bien moindre.

Enfin, parler de Coucke ne peut désormais plus se faire sans parler de Durbuy, que l'homme d'affaires entend développer en haut lieu touristique, et où il possède notamment le parc de loisirs Adventure – qui vient de dévoiler un plan indoor à ses activités cette semaine.

Alors, la liste est évidemment plus longue – et ne concerne pas que les loisirs. Depuis la juteuse vente d'Omega Pharma en 2015, Marc Coucke a multiplié les investissements. Il est ainsi à trouver du côté du spécialiste liégeois de la contraception féminine Mithra, par exemple, du spécialiste des préparations pharmaceutiques Fagron, de la plateforme suisse d'analyse génomique et d'imagerie Sophia Genetics, du groupe de construction Versluys, du spécialiste de l'immobilier logistique VGP, du spécialiste des kots étudiants, du promoteur Immobel ou encore du concepteur de yachts Sea Group, aux côtés du célèbre créateur de mode Giorgio Armani.

Avec, cette année, des investissements et désinvestissements jusqu'à présent plutôt équilibrés. Sur la base des montants dont nous avons connaissance, Marc Coucke a en effet investi entre 100 et 150 millions d'euros depuis janvier. Dans le même laps de temps, il a vendu pour quelque 105 millions d'euros d'actions. Mais avec la Compagnie des Alpes, ses investissements dépassent désormais largement ses désinvestissements. Et permet au truculent entrepreneur de s'offrir, surtout, son plus gros morceau à ce jour dans l'industrie des loisirs.

Crise du coronavirus

Et pour cause, la Compagnie des Alpes est un poids lourd dans le secteur. On parle ici du plus grand exploitant de pistes de ski au monde, et le numéro quatre européen des parcs à thème. Fondé il y a 32 ans, le groupe français coté possède pas moins de 24 sites dans six pays.

-93%
chiffre d'affaires
La Compagnie des Alpes, durement touchée par la crise sanitaire, a vu son chiffre d'affaires chuter de 93% entre le 30 septembre 2020 et le 30 mars 2021.

Le groupe n'a toutefois pas été épargné par la crise sanitaire – tout comme ses homologues sectoriels à la Parques Reunidos (et dont GBL est actionnaire) ou Aspro Parks par exemple – ayant entraîné la fermeture des pistes de ski et des parcs à thème. Au cours de l'exercice décalé 2019/2020 (jusqu'au 30 septembre), le chiffre d'affaires s'est ainsi contracté de plus d'un quart (-27,9%), à 616 millions d'euros, quand l'excédent brut d'exploitation (ebitda) a, lui, reculé de près de 60% à 93 millions.

Les résultats semestriels de la Compagnie des Alpes ont également fait pâle figure, comme il fallait s'y attendre. Le chiffre d'affaires a enregistré une chute vertigineuse de 93% entre le 30 septembre 2020 et le 30 mars 2021. Le groupe a toutefois reçu une aide de 83 millions d'euros du gouvernement français concernant la fermeture des remontées mécaniques. L'ebitda ne s'est donc retrouvé "que" de 17 millions d'euros dans le rouge.

Mais les perspectives semblent s'éclaircir à présent. Les parcs français tels qu'Astérix et Futuroscope – parmi les plus visités après Disneyland Paris et le Puy du Fou – rouvrent leurs portes le 9 juin, tandis qu'en Belgique, Walibi et Bellewaerde ont, eux, rouvert depuis mai.

Pour autant, Marc Coucke ne doit assez logiquement pas s'attendre, dans l'immédiat, au versement d'un généreux dividende de la part du groupe français. La Compagnie des Alpes ne prévoit pas un retour à un taux de distribution (pay out ratio) des bénéfices d'avant la crise (soit environ 28%) avant 2023.

Le résumé

  • Marc Coucke signe pour 10 millions d'euros dans l'augmentation de capital de la Compagnie des Alpes.
  • Le groupe français a levé 231 millions d'euros afin d'abaisser son niveau d'endettement et de financer des investissements.
  • La Compagnie des Alpes est le leader mondial du marché des domaines skiables (Tignes, La Plagne, Avoriaz, Méribel) et un opérateur de parcs d'attractions tels que le Parc Astérix, le Futuroscope, Walibi et Bellewaerde.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés