portrait

Merlin Entertainments, ce géant qui lorgne Charleroi et que seul Disney dépasse

Derrière le projet d'implantation d'un Legoland sur l'ancien site de Caterpillar à Charleroi, il y a Merlin Entertainments, la deuxième chaîne de parcs d'attractions au monde.

Un parc d'attraction Lego à Charleroi ? Et pourquoi pas. Voilà le projet dont la fuite a fait grand bruit ce jeudi, alors que l'ancien site Caterpillar de la cité carolo peinait à trouver repreneur après les désillusions Thunder Power, Amazon, Apple et Tesla.

Quatre ans après le départ du machiniste américain, il y aurait donc de "bonnes chances" que les 100 hectares laissés vacants du site s'apprêtent à héberger un parc d'attraction Legoland. À la manœuvre, on trouve Merlin Entertainments, la deuxième chaîne du genre au monde en fréquentation, et celle-ci devrait, selon nos informations, apporter 100 millions d'euros au projet, dont le coût est estimé à 300 millions. À la clé, du fun, certes, mais aussi la création de 800 à 1.000 emplois dans la région.

Pourvoyeur d'amusement depuis 1998

Le propriétaire des parcs Legoland est loin d'en être à son coup d'essai. Le groupe Merlin Entertainments est un cador du secteur de l'amusement: ses attractions ont attiré près de 67 millions de visiteurs à travers le monde en 2019. Loin derrière Disney et ses 156 millions de visiteurs l'an dernier, Merlin devance cependant des enseignes bien connues du milieu comme Six Flags (33 millions), Universal (51) ou le chinois OCT Parks (54). Plus près de chez nous, la Compagnie des Alpes, propriétaire de Walibi, du Futuroscope ou encore du Parc Astérix, enregistre une fréquentation annuelle autour de 9 millions de visiteurs.

Chiffres-clés

  • 130 parcs d'attractions
  • 25 pays
  • 67 millions de visiteurs (numéro 2 mondial)
  • 1,9 milliard d'euros de chiffre d'affaires (2019)
  • 80 millions d'euros de bénéfice

Fondé en 1998 par son CEO actuel, Nick Varney, le groupe basé à Poole, au Royaume-Uni, est aujourd'hui à la tête d'un impressionnant portefeuille. Parmi ses propriétés les plus ronflantes, Merlin compte les musées de cire Madame Tussauds, les parcs aquatiques Sea Life – dont celui de Blankenberge –, les parcs d'attractions et hôtels Heide Park et Chessington et, bien entendu, les huit Legoland installés à travers le monde.

En tout, Merlin totalise 130 parcs d'attractions et 4.490 chambres à travers 25 pays. En résulte un chiffre d'affaires à 1,9 milliard d'euros en 2019 et un bénéfice net de 80 millions d'euros.

Lego et Merlin, destins liés

Bien évidement, derrière Legoland, il y a aussi Lego et le Lego Group. Et derrière les blocs de construction, il y a Kirkbi, le fonds d'investissement de la famille danoise Kirk Kristiansen. C'est l'aîné, Kjeld Kirk Kristiansen, qui détient actuellement l'empire nordique des jouets, et le titre d'homme le plus riche de son pays.

6,6
milliards d'euros
Merlin Entertainments a été racheté en juin 2019 par un consortium composé de Kirkbi, Blackstone et l'OIRPC pour 6,6 milliards d'euros, dette comprise.

Après avoir cédé les parcs Legoland en échange d'une participation de 30% dans Merlin en 2005, Kirkbi est revenu à la charge en milieu d'année passée afin d'acquérir la totalité du groupe britannique. Ce rachat aura coûté quelque 6,6 milliards d'euros, dette comprise, au fonds danois, accompagné pour l'occasion du fonds d'investissement américain Blackstone et de l'OIRPC, le fonds de retraite du Canada.

Des suites de sa vente au consortium, le titre Merlin Entertainements avait été retiré du London Stock Exchange. L'offre a depuis été validée par les autorités de la concurrence.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés