Sony et Microsoft: la bataille de l'abonnement

La PS5 de Sony sortira le 19 novembre en Belgique. ©EPA

Sony et Microsoft sortent tous les deux une nouvelle console dont les chiffres de ventes devraient battre des records. Mais le vrai enjeu est ailleurs. Qui réussira à devenir le Netflix du gaming?

Une nouvelle console de jeux, c’est toujours un événement. Quand les deux plus grands acteurs du marché, Sony et Microsoft décident de sortir la dernière version de leur console à quelques jours d’intervalle, l’excitation est à son comble chez les joueurs.

La PS5 pour Sony et la Xbox Series X pour Microsoft sont les derniers bijoux de technologies des deux géants. Comme à chaque nouvelle version, il y a des nouveautés et un bond technologique. On l’annonce plus important qu’à habitude pour les deux consoles. Des performances décuplées, plus de puissance et une impression d’évoluer dans le monde réel, voilà pour la bande-annonce.

Le Netflix du gaming

Les analystes estiment que Sony et Microsoft pourraient vendre quelque 9 millions de consoles d'ici la fin de l'année. Pourtant, ces chiffres ne sont pas ceux qui intéressent les deux géants. Bien sûr, ils sont importants et Sony espère bien encore décrocher la médaille du plus gros vendeur, mais l’intérêt financier est ailleurs. Les fabricants réalisent en réalité de très faibles marges sur les consoles qu’ils vendent. Ils y perdent parfois même de l’argent lors de la première phase de vente.

Ce qui compte aussi bien pour Sony et Microsoft, c'est le nombre de joueurs qu’ils réussissent à convertir dans leur communauté, leur écosystème.

Ce qui compte aussi bien pour Sony et Microsoft, c'est le nombre de joueurs qu’ils réussissent à convertir dans leur communauté, leur écosystème. Car une fois dedans, il n’en sortent que rarement et dépensent de l'argent, beaucoup d’argent.

La nouvelle PS5 de Sony. ©rv

Une fois la console vendue, l’objectif des fabricants a toujours été de vendre des jeux, un business extrêmement lucratif. Sony a basé une grosse partie de sa stratégie là-dessus. L'entreprise japonaise a beaucoup investi ces dernières années dans ses propres studios de production de jeux. Grâce à cela elle propose des jeux en exclusivité sur sa console.

Mais le nouveau Saint-Graal pour Sony et Microsoft, ce sont les abonnements. Des abonnements qui permettent d’accéder à un large catalogue de jeux et qui est payé chaque mois par le joueur. Un Netflix des jeux vidéos pour faire court. À ce petit jeu-là, c’est Microsoft et son Xbox Game Pass qui a une longueur d’avance sur son concurrent japonais.

Attirer le grand public, pas les gamers

L’abonnement c’est le futur du secteur. Cela a pris plus de temps qu’ailleurs mais on y est. Pour des fabricants comme Sony ou Microsoft, c’est un nouveau modèle de revenu à adopter où le catalogue prime avant tout. À la clé, ce sont des joueurs plus engagés qui jouent plus souvent et des revenus récurrents bien plus importants. Pour pousser les joueurs vers cette formule, le prix des jeux a été augmenté au cours des dernières années. À 70 euros pièce le jeu, le choix est vite fait pour un abonnement mensuel qui tourne autour des 10 euros sur Xbox.

La Xbox Serie X de Microsoft. ©RED ROBOTS MEDIAGRAB via REUTERS

Pour attirer un maximum de monde vers cette formule, Microsoft a sorti le grand jeu en ciblant le grand public, les joueurs occasionnels. Les "Gamers", c’est bien, les joueurs épisodiques, c’est plus rentable. Pour les convaincre, Microsoft propose une version moins onéreuse de sa nouvelle console, le Serie S à 299 euros. On y perd un peu en performance, mais l’essentiel y est, c’est le même principe que pour les smartphones. Idem chez Sony avec une version "low-cost", sans lecteur de disque.

Historiquement, Sony a toujours devancé Microsoft sur le nombre de consoles vendues, mais ce tournant que constitue le gaming par abonnement pourrait redistribuer les cartes. Pour faire la différence, les deux acteurs tenteront aussi de conquérir le plus petit des écrans: le smartphone, pour fidéliser un peu plus leurs nouveaux abonnés.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés