Publicité
Publicité

Un centre d'attractions LegoLand à Bruxelles en 2022

Rien que sur le mois de mai dernier, les gestionnaires du centre commercial Docks Bruxsel ont enregistré plus d'un demi-million de visiteurs à l'affût des nouvelles enseignes. ©Kristof Vadino

Nombre de centres commerciaux ont profité des mois de confinement pour investir dans de nouvelles activités plus expérimentales. L'arrivée d'un Legoland à Bruxelles pourrait compléter l'offre de Charleroi.

À Docks Bruxsel, on annonce l’arrivée d’un LegoLand Discovery Centre de nouvelle génération. En bouclant rapidement cet accord avec Merlin Entertainments, le leader européen - et deuxième opérateur mondial du secteur avec 129 parcs d’attractions, 21 hôtels et 6 villages de vacances dans 24 pays et sur 4 continents -, les gestionnaires du centre commercial bruxellois ont bien compris l’importance du momentum.

Les contours précis de cette nouvelle enseigne de loisirs conjointement lancée par Merlin et The LEGO® Group doivent encore être précisés. Mais ce centre d’attractions de 3.000 m², dont l'ouverture est programmée pour l'été 2022, sera logé dans l'espace précédemment occupé par MediaMarkt, qui a migré récemment à l’intérieur du centre commercial bruxellois. Il sera voisin de l’enseigne Koezio, juste à l’entrée de la place intérieure. 

Meike Lippert, directeur pour l’Europe des nouvelles implantations chez Merlin Entertainments, se dit très enthousiaste du timing et du lieu choisi pour le lancement de ce nouveau concept. Même la Ville de Bruxelles voit d’un bon œil l’arrivée de cette nouvelle offre récréative commerciale en bord de canal, dans un quartier populaire qui se redessine.

Un projet complémentaire

En mars dernier, le groupe Merlin avait pourtant confirmé que l’ancien site de Caterpillar à Charleroi était "prioritaire" pour l'implantation d'un quatrième parc Legoland en Europe.

Pour le ministre wallon de l'Economie, Willy Borsus, ce projet bruxellois ne remet pas en cause l'établissement éventuel du parc d'attraction à Gosselies. "En découvrant cette information dans la presse ce matin, je me suis, comme vous, posé des questions", a-il expliqué en séance plénière du parlement régional.

"J'ai pris contact avec le groupe Merlin et il apparaît que les deux projets sont complémentaires. Ils pourraient se renforcer, offrir des synergies et permettre de proposer des packages aux visiteurs. Je parle toutefois au conditionnel car à Charleroi, le projet est toujours en phase d'étude. Le projet Thunderpower - du nom du groupe chinois qui était pressenti pour construire des voitures électriques sur le site carolo, ndlr - n'étant plus prioritaire, nous nous devons d'étudier toutes les possibilités."

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés