reportage

Walibi achève la première salve de ses travaux de réaménagement

Le village polynésien ou "monde tiki" sera ouvert aux visiteurs dès cette saison 2018. ©walibi

Walibi ambitionne de devenir le premier parc d’attractions de Belgique. La première phase de son plan de transformation sur cinq ans arrive à son terme. D’ici 2021, ce sont au total cinq nouveaux "mondes" ou thèmes qui y verront le jour. À raison d’un monde par année. Au final, la superficie actuelle du parc sera accrue de 4,5 hectares.

Une forte odeur de peinture s’impose à nous dès qu’on franchit les portes du futur restaurant d’Aqualibi, la section dédiée aux attractions aquatiques du parc Walibi de Wavre. Des ouvriers vêtus d’une combinaison de travail bleue s’affairent dans tous les coins. Le crissement de la scie électrique que vient d’actionner l’un d’entre eux est noyé par la musique émanant de la radio. "Pour l’instant, cela ne se voit pas encore. Mais dès qu’on aura mis tout le décor, vous serez dans une ambiance complètement tropicale", promet Jean-Christophe Parent, directeur général de Walibi Belgium.

700 m² supplémentaires

12 millions €
.
C’est le montant investi dans la première phase des travaux de réaménagement de Walibi Belgium.

Depuis l’an dernier, le célèbre parc d’attractions est en pleine mutation. Un plan de transformation étalé sur cinq années. A terme, le parc wavrien, propriété de la Compagnie des Alpes (France), verra 75% de sa superficie remaniée. Coût de la manœuvre: 100 millions d’euros.

C’est une ambiance tropicale que l’on retrouve aussi dans la principale salle d’Aqualibi. Cette dernière nous saisit d’abord parla grandeur de sa superficie. Que décuple l’extrême hauteur du plafond. Ainsi, ce sont 700 m² supplémentaires qui viendront s’ajouter aux 7.000 existants que compte Aqualibi dans sa structuration actuelle. Les attractions de cette zone auront pour thème commun les Caraïbes. Tout comme le restaurant et tous les services offerts dans cette section du site nautique. Sous une toiture transparente qui laisse passer les rayons du soleil, un bouquet de tuyaux entrelacés trône au cœur de la salle.

Walibi en chiffres

Fondé en 1975 par Eddy Meeùs. Racheté en 2006 par la française Compagnie des Alpes.

110 employés permanents. Jusqu’à 800 collaborateurs en période estivale.

 Chiffre d’affaires annuel de 35 millions d’euros. En hausse de 10% par rapport à l’année précédente.

1,4 million de visiteurs en 2017. Dont 70% de Belges, le reste venant de France et des Pays-Bas.

Les tuyaux se rejoignent à la base tels des palétuviers dans une mangrove. "Ici, on est en train d’ouvrir une zone aquatique pour des non-nageurs. Dans nos produits, il manquait une touche pour les 3 à 6 ans. On a donc décidé de créer un ensemble aquatique pour ces enfants qui ne savent pas encore nager mais qui veulent s’amuser dans un environnement aquatique", explique le directeur de Walibi. L’idée ici est que les parents qui se rendent à Aqualibi puissent profiter des attractions disponibles tout en gardant un œil sur les plus jeunes. En pointant du doigt les infrastructures en cours d’installation dans la nouvelle zone d’Aqualibi, notre hôte nous présente la prochaine configuration de ce nouvel espace: "Ici, il y aura un petit bassin qui sera une petite aire de jeu. Tout l’espace sera rempli de jeux aquatiques pour les enfants. Au niveau des petits trous que vous voyez, il y aura des petits jets et des toboggans ainsi qu’un point pour changer les bébés afin que les mamans n’aient pas à sortir de la zone de jeu pour le faire. Et en face, ce seront des transats pour les parents."

Cinq nouveaux mondes

Une philosophie sous-tend cette reconfiguration en cours à Walibi. Pour chaque thème crée, le parc fournira toute une série d’attractions et de services dédiés. Même la restauration offerte et les souvenirs vendus dans un "monde" seront raccord avec le thème concerné. "Par exemple, on va créer une nouvelle zone dédiée à l’Inde. Les attractions qui s’y trouveront feront référence aux thématiques de l’Inde. Mais aussi au niveau gustatif, toute l’expérience se rapprochera de ce qui se fait dans les zones indo-orientales," clarifie le maître des lieux.

"Nous souhaitons devenir le parc numéro 1 de Belgique pour la famille."
Jean-Christophe Parent
Directeur Général de Walibi belgium

D’ici 2021, ce sont au total cinq nouveaux "mondes" ou thèmes qui verront le jour à Walibi. À raison d’un monde par année. Au final, la superficie actuelle du parc sera accrue de 4,5 hectares. Pour justifier cette démarche, le directeur de Walibi affirme vouloir répondre aux attentes des visiteurs: "Il ne faut pas se leurrer. Les gens viennent dans nos parcs parce qu’il y a de la nouveauté. On a besoin de se renouveler assez fréquemment et de leur apporter quelque chose de neuf." Le village polynésien ou "monde tiki" qui sera dévoilé ce jeudi à la presse, ouvrira le bal. "Pour y aller, il faut des bottes," prévient Jean-Christophe. Car, la zone est encore en chantier. Et malgré le mélange de gravats et de pierraille qui lui confère une certaine stabilité, le sol est encore boueux et garde les traces des mouvements des ouvriers. Des cases en toit de chaume semblables aux habitations traditionnelles tahitiennes sont en cours de construction. Tout comme la nouvelle montagne russe "familiale" qui est encore au stade de puzzle. Toutefois Jean-Christophe Parent se veut rassurant: "Tout doit être prêt d’ici le 31 mars."

Différentes pièces sont éparpillées sur le site de construction, marquées chacune d’une lettre et d’un chiffre. Les pieux qui soutiennent son rail de 500 mètres sont déjà ancrés dans le sol. Des manœuvres sont occupés à y monter diverses pièces. "À cause de leur poids, on est obligés de le faire avec des câbles," nous explique l’un d’entre eux. Allemands, Belges, Espagnols, Français et Néerlandais, ils sont 200 à travailler sur ce chantier. Si la décoration a été confiée à une compagnie néerlandaise et la fabrication de la nouvelle attraction à une allemande, le gros œuvre est quant à lui exclusivement réalisé par des entreprises wallonnes.

Voici à quoi ressembleront les futurs "mondes" qui ouvriront à Walibi jusqu’en 2021. ©walibi

Il faut remonter à 2001, quand le parc était encore détenu par la firme américaine Six Flags, pour observer une rénovation telle que celle que Walibi connaît actuellement. La facture des travaux en cours s’élève à 12 millions d’euros. Dont 4,2 pour Aqualibi et 7,8 pour Walibi.

Derrière ces travaux titanesques se cache une vision claire, une ambition d’hégémonie sur le marché belge. "Nous souhaitons devenir le parc numéro 1 de Belgique pour la famille", confirme avec véhémence le directeur de Walibi. Une volonté qui semble avoir la faveur des dieux. Ainsi, l’an dernier 1,4 million de personnes se sont rendues à Walibi (1 million) et Aqualibi (400.000). Ceci pourrait être considéré comme un record si ce n’est qu’en 2001 déjà, le seul site Walibi avait accueilli 1,3 million de personnes. Toutefois, "ce qui est remarquable, c’est qu’on a réalisé une croissance du chiffre d’affaires bien plus importante avec un million de personnes à Walibi que ce qu’on avait fait avec 1,3 million dix-sept ans plus tôt", tient à préciser Jean-Christophe Parent.

1,8 million de visiteurs en 2023

Les raisons de ce succès? Elles sont à chercher d’abord dans les investissements du parc wavrien. Son attraction Pulsar, combinant montagne russe et navette aquatique, installée en 2016 connaît un franc succès. "En 2021, Walibi proposera le mégacoaster (sorte montagne russe lancée) le plus haut et le plus rapide du Benelux", annonce le directeur général. Nonobstant la vague positive sur laquelle surfe le secteur des loisirs profite aussi à Walibi. Dans son étude de 2016, le cabinet PwC prévoyait une croissance de 4,4% en moyenne par an d’ici 2020 dans le secteur des loisirs et des médias.

Du haut de son chiffre d’affaires actuel de 35 millions d’euros, la firme wavrienne espère franchir le cap des 55 millions d’euros et 1,8 million de visiteurs en 2023.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content