4000 départs chez GDF Suez? Le groupe dément

Alors qu'un plan d'économies a été lancé début janvier chez GDF Suez, le syndicat français CGT estime aujourd'hui que ce plan impliquera le départ de 4.000 emplois sur trois ans.

Dans un communiqué, la CGT a indiqué que le groupe prévoyait au niveau européen "de supprimer 1.400 emplois par an, soit plus de 4.000 en trois ans" dans le cadre de son plan d'économies à l'horizon 2015. Selon Yves Ledoux, représentant du syndicat, cette baisse des effectifs via des départs non remplacés concerne en majorité la France.
 D'après des chiffres publiés ce lundi par le syndicat français CGT, l'énergéticien GDF Suez prévoit de supprimer plus de 4.000 emplois sur trois ans dans le cadre de son plan de réduction de coûts.

Lancé à la fin 2012, ce plan, baptisé Perform 2015, vise 3,5 milliards d'euros d'économies d'ici à 2015.

Outre la vente de plusieurs actifs, le groupe "prévoit de supprimer 1.400 emplois par an, soit plus de 4.000 en trois ans", affirme le syndicat français aujourd'hui.
La CGT dit s'inquiéter pour l'avenir du groupe et demande notamment à l'Etat français, actionnaire à 36%, de prendre ses responsabilités.

Le coordinateur CGT de GDF Suez, Yves Ledoux, a précisé à Reuters que ce calcul était basé sur le fait qu'à périmètre constant, le groupe devrait embaucher 7.400 personnes tous les ans. Mais, a-t-il ajouté, "on nous a dit qu'il n'y aurait que 6.000 embauches par an d'ici à 2015".

Un porte-parole de GDF Suez a de son côté confirmé que le plan Perform 2015 annoncé en décembre ne prévoyait pas de plan social. "Il n'y a absolument pas de plans sociaux dans le groupe", a-t-il dit. Nous allons recruter 18.000 personnes en CDI sur les trois prochaines années en France, soit 6.000 par an", a-t-il insisté, précisant que cela correspondait "à peu près au renouvellement total (des effectifs) pour la France", malgré une baisse des recrutements. En 2012, l'entreprise a en effet recruté 7.400 CDI en France. Pour les trois prochaines années, les prévisions annuelles de recrutements sont donc inférieures de 1.400

245 postes en Belgique

Si le syndicat ne donne pas de détails de l'impact de ce plan sur la Belgique ou sur d'autres pays, on sait depuis le début de l'année qu'Electrabel, la filiale de GDF Suez, est impactée par ce plan d'économies.

En 2012, Electrabel aurait ainsi déjà réussi à économiser 80 millions d'euros, a fait savoir il ya quelques mois Sophie Dutordoir, la directrice d'Electrabel. Pour cette année, l'objectif est fixé à 50 millions. Tous les départements (trading, marketing and sales, production et support) devraient être impactés par le plan.

Si Electrabel n'entend pas mettre en place un plan de licenciements, la direction a fait savoir en janvier qu'elle souhaitait se séparer de 245 postes cette année sur les 5.500 qu'elle occupe. Pour y arriver, Electrabel ne remplacera plus tous les départs. Les contrats à durée déterminée ne seront plus renouvelés. Il est également question d'étendre la procédure de départ à partir de 55 ans ainsi que le recours aux départs volontaires.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect