CMI veut produire de l'hydrogène à Liege Airport et en faire un business

©CMI

Liege Airport et CMI ont décidé de collaborer pour équiper l’aéroport d’installations d’hydrogène vert. Un business que CMI compte bien développer.

Le nom du projet? HaYrport, avec H et Y comme dans hydrogène, et à prononcer comme airport… L’objectif est d’utiliser l’électricité verte qui va être produite par les quelque 20.000 mètres carrés de panneaux photovoltaïques qui viennent d’être installés à l’aéroport pour produire, par électrolyse, de l’hydrogène à partir d’eau. Cet hydrogène viendra alimenter la flotte de véhicules de l’aéroport, mais pas seulement. "Nous avons un projet de navettes, accepté et subsidié par le gouvernement wallon, pour connecter l’aéroport à Liège-Guillemins, explique Christina Delcourt, responsable de la communication de Liege Airport. Si ces navettes pouvaient en plus être équipées d’une pile à combustible pour rouler à l’hydrogène, et peut-être aussi être autonomes, ce serait formidable!"

200
Le projet doit permettre de produire au moins 200 kilos d’hydrogène par jour. Il pourrait alimenter des navettes entre l’aéroport et la gare des Guillemins.

L’idée est aussi d’intéresser au projet d’autres entreprises actives sur le site pour faire rouler leur flotte captive. Et enfin, la chaleur dégagée par l’électrolyse lors de la production d’hydrogène pourrait être récupérée pour chauffer les bâtiments.

La première phase du projet, à savoir l’étude de faisabilité technique et les débouchés possibles, a démarré. Les résultats sont attendus pour la fin de l’année, mais CMI se montre d’ores et déjà très optimiste. "Il faut bien entendu une certaine masse critique, mais nous sommes convaincus du potentiel", déclare Étienne Botton, responsable de la communication du groupe de maintenance et d’ingénierie installé à Seraing. "Le ministre Crucke a prévu des subsides pour des projets innovants en matière d’hydrogène, complète Christian Delcourt. Si nous nous lançons, c’est parce que nous pensons que cela peut être viable financièrement."

Des dizaines de millions d’euros

Le projet doit permettre la production d’au moins 200 kilos d’hydrogène par jour, sachant qu’une voiture consomme environ 1 kilo d’hydrogène aux 100 kilomètres. Le montant de l’investissement se chiffrera en dizaines de millions d’euros.

La production d’hydrogène est un nouveau business pour CMI, et il compte bien le développer. "Nous voulions disposer d’un pilote, avec un ancrage local, pour vendre ensuite ce type de solutions à d’autres clients, comme des sociétés de transport en commun, des réseaux de taxis ou des propriétaires de flottes de véhicules utilitaires. C’est, avec le stockage d’énergie, un domaine où nous comptons avoir une attitude offensive", confie Jean-Luc Maurange, le nouveau CEO de CMI.

L’avantage de l’hydrogène produit à partir d’électricité verte? Il constitue une forme de stockage d’électricité, et permet d’augmenter la part des renouvelables dans le mix énergétique. La technologie reste toutefois coûteuse, et a pour gros concurrent les batteries, dont le prix ne cesse de diminuer. Mais d’autres que CMI y croient: le groupe Colruyt, qui fait déjà rouler des transpalettes à l’hydrogène, a signé un accord avec Fluxys pour examiner la faisabilité d’un projet industriel pour transformer l’énergie des parcs éoliens en mer en hydrogène, qui serait ensuite utilisé dans les transports ou injecté dans le réseau de gaz.

Lire également

Contenu sponsorisé

Partner content