Des chercheurs de la VUB mettent la blockchain au service de l'échange d'énergie verte

Le NRGcoin vise particulièrement les prosumers qui revendent au réseau l'électricité excédentaire qu'ils produisent.

NRGcoin, c'est le nom d'une cryptomonnaie inventée par des chercheurs de la VUB. Son but: garantir l'utilisation de l'énergie verte produite localement.

En 2017, le Dr. Mihail Mihaylov présentait l'invention de son équipe de chercheurs à un panel d'experts du secteur de l'énergie: le NRGcoin. Près de trois ans plus tard, la cryptomonnaie développée par la VUB a trouvé son financement et, forte d'essais pilotes réalisés avec la société Enervalis, celle-ci se veut prête à pénétrer le marché de la fourniture d'énergie verte pour les particuliers, à condition que l'environnement légal belge le permette.

L'intérêt du NRGcoin est qu'il garantit que l'énergie produite par les prosumers est utilisée.
Ann Nowé
Professeure à la VUB

Bien qu'un peu technique, le principe sous-jacent au NRGcoin est ingénieux et entend bien apporter une solution au surplus d'électricité produit par les prosumers. Concrètement, un contrat intelligent reposant sur une chaîne de blocs fait le lien entre prosumers et consommateurs d'énergie verte tout en s'occupant de régler les frais de réseaux. Le NRGcoin permet alors aux particuliers d'acheter de l'énergie verte produite localement sur un marché dédié et aux prosumers qui approvisionnent le réseau d'en vendre. Ici, le prix est fixe, à raison de 1 NRGcoin pour 1 kWh.

"L'intérêt du NRGcoin est qu'il garantit que l'énergie produite par les prosumers est utilisée. Si on produit de l'énergie, on ne reçoit un avantage que si elle est consommée, ce qui résout le problème de surproduction des prosumers", explique Ann Nowé, la professeure en charge du projet pour la VUB.

Contraintes légales

Si le projet ne peut faire son entrée sur le marché belge, c'est principalement parce que la loi ne le permet pas encore. "En Belgique, les variations de prix sur le marché de l'électricité doivent être annoncées un jour à l'avance actuellement, ce qui représente une contrainte pour nous. Mais cela devrait changer prochainement", avance Ann Nowé. 

Pour se fournir en NRGcoin, il faudra soit produire de l'électricité, soit en acheter sur le marché. Pour garantir la provenance de l'énergie, des compteurs intelligents devront également être mis à disposition des prosumers. Cela nécessitera des investissements et tests commerciaux supplémentaires, ce qui, couplés aux freins légaux, pousse Ann Nowé à estimer le lancement du NRGcoin à 2 à 3 ans.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés