1

EDF Luminus et REstore lancent une solution pour éviter le "black-out"

©Dieter Telemans

EDF Luminus et la start-up REstore activent ce mardi un nouveau système pour veiller à l’équilibre entre l’offre et la demande d’électricité de leurs clients.

Lundi, 8h du matin. La tension monte au quartier général d’EDF Luminus à Bruxelles. L’écran de contrôle de la salle intraday, où s’affichent l’offre et la demande d’électricité, signale une augmentation inhabituelle de la consommation. En cause, la vague de froid. L’opérateur réagit sur le champ en activant une de ses centrales électriques afin de rétablir l’équilibre sur le réseau.

Comme tous les producteurs d’électricité, EDF Luminus est constamment poursuivi par une hantise: aligner sa production sur la demande des clients afin d’éviter une rupture ou une surcharge d’alimentation, voire un "black-out". Il dispose pour se faire d’une équipe disponible 24 heures sur 24. Elle veille au maintien de cet équilibre en pilotant des centrales conventionnelles. Des unités au gaz peuvent démarrer en quelques minutes et injecter les électrons nécessaires.

Le coût d’un déséquilibre est important. Une production trop élevée doit être vendue à bas prix, tandis qu’un fournisseur produisant trop peu d’électricité paye une pénalité. La facture peut grimper très vite. Pour EDF Luminus, elle peut atteindre plusieurs millions d’euros par an. Un surcoût répercuté sur les clients.

Cette situation est connue de longue date. Mais l’équation s’est compliquée depuis le déploiement des énergies renouvelables. "Aujourd’hui, d’importantes quantités d’énergie solaire ou éolienne, par nature intermittentes, mettent le système électrique sous pression. Il est essentiel de maîtriser la surcapacité mais aussi de piloter les besoins en électricité en cas de pics de la demande", explique Grégoire Dallemagne, CEO d’EDF Luminus.

Nouvel outil, à 100% belge

À partir de mardi, la compagnie d’énergie, en partenariat avec la société REstore, active "You. Balance" un nouvel outil qui contribuera, à côté des systèmes déjà existants, à garantir l’équilibre entre l’offre et la demande d’électricité en adaptant la consommation de ses clients, principalement des PME.

REstore équipe certains clients d’EDF Luminus d’un système informatique de pointe, le "Flexpond" qui permet à l’opérateur d’adapter sa consommation en trois minutes. Cette société, une start-up fondée en 2010, dispose aujourd’hui d’un capital de 4 millions d’euros dans lequel on retrouve Thomas Leysen. Son président n’est autre que Rudi Thomaes.

REstore teste son système en Belgique et au Royaume-Uni depuis plusieurs mois. Son portefeuille de clients, des PME consommant entre 0,5 et 1 MWh, est déjà bien fourni. "REstore a des concurrents, mais ils travaillent de manière traditionnelle: ils téléphonent en masse pour demander aux clients de baisser leur consommation. Ca prend du temps. Or, l’opérateur a besoin d’une réaction rapide" explique Rudi Thomaes. "Nous, ça nous prend 3 minutes à peine". La technologie est à 100% belge. Le système offre une solution complémentaire pour éviter un "black -out".

Concrètement, lorsqu’EDF Luminus constate une production inférieure ou supérieure à la demande, il abaisse ou augmente automatiquement la consommation via REstore. Quels clients peuvent moduler leur consommation? Une chaîne de magasin de surgelés, par exemple. "En cas de sous-production sur le réseau, les réfrigérateurs peuvent être coupés pendant une heure sans danger. À l’inverse, en cas de surproduction sur le réseau, la température des réfrigérateurs peut être davantage abaissée" poursuit Rudi Thomaes.

Les autres clients "flexibles" de REstore sont des installations de pompage qui peuvent stocker de l’énergie. Les bureaux, dont la climatisation peut être modulée. Les hôpitaux, dont les groupes électrogènes doivent être testés une fois par mois. Les réseaux de batteries de voitures électriques, dont on peut moduler la recharge durant la nuit par exemple. "Nous faisons l’expérience actuellement avec la plus grande flotte de véhicules électrique", ajoute Rudi Thomaes.

Ces clients sont rétribués pour leur flexibilité jusqu’à 12.000 euros par MW. "Tout repose sur le principe qu’une solution écologique doit être mieux rémunérée qu’une solution non-écologique", résume Rudi Thomaes. REstore et EDF Luminus ont signé un contrat d’exclusivité. Le système n’est donc pas disponible chez GDF Suez.

Lire également

Contenu sponsorisé

Partner content