Engie résiste à la crise au premier trimestre mais ne se prononce pas pour la suite

Les revenus d'Engie tirés du nucléaire belge sont en hausse, portés par de meilleurs prix captés. ©Photo News

Le géant énergétique français Engie démontre qu'il a les reins solides et affiche un Ebitda en légère baisse à 3,1 milliards d'euros sur le premier trimestre 2020. Les températures clémentes de l'hiver européen auront pesé sur les résultats.

En pleine crise sanitaire, le géant français de l'énergie Engie , ne rougit pas à l'annonce de ses résultats trimestriels. Le groupe, qui avait clôturé un exercice 2019 satisfaisant mais sans plus, témoigne, en effet, d'une certaine résilience, et affiche un chiffre d'affaires en légère baisse (-3,7 %) par rapport à la même période l'an dernier, à 16,5 milliards d'euros. L'excédent brut d'exploitation (Ebitda) s'élève à 3,1 milliards d'euros, soit un recul brut de 1,8% en comparaison avec le premier trimestre de 2019.

Judith Hartmann, la directrice financière du groupe, a commenté: "Engie a prouvé sa résilience avec un bon premier trimestre malgré un contexte économique très perturbé et des températures supérieures aux normales saisonnières. Les développements progressifs de la crise du Covid-19 ont affecté nos activités solutions clients dès le mois de mars." 

"C'est bien sûr au deuxième trimestre que l'impact de la crise se fera ressentir plus durement, et particulièrement au niveau des solutions clients."
Judith Hartmann
CFO d'Engie

Dividende annulé

Par "solutions clients", il faut comprendre les services énergétiques prodigués par l'entreprise et là, l'effondrement des revenus menace de se faire sentir au trimestre prochain. "C'est bien sûr au deuxième trimestre que l'impact de la crise se fera ressentir plus durement, et particulièrement au niveau des solutions clients", a indiqué Judith Hartmann. 

3,1 milliards
d'euros
Engie affiche un Ebidta de 3,1 milliards d'euros au premier trimestre 2020.

Le groupe reste néanmoins prudent et se refuse à communiquer sur l'impact qu'aura le confinement sur les résultats suivants de l'année. Les objectifs pour 2020 ont d'ailleurs été retirés et le dividende de 2019 a été annulé.

Du reste, Engie affirme maintenir ses objectifs stratégiques pour l'année en cours, à savoir l'application d'une plus grande sélectivité géographique et opérationnelle, matérialisée par la sortie de 25 pays et le resserrement de ses activités de services, ainsi que la poursuite des investissements massifs dans le renouvelable.

Des températures clémentes

Outre le Covid-19, Engie attribue la difficulté de la conjoncture actuelle à des effets de températures affectant les ventes d'énergie en France et dans le reste de l'Europe. Ici, la Belgique est particulièrement représentative de l'impact négatif des conditions climatiques sur les résultats du groupe, puisque les capacités de production renouvelable du pays brûlent, dans ce cas, la priorité aux centrales à gaz, dont la rentabilité est en baisse. 

Par ailleurs, les revenus tirés des centrales nucléaires du territoire sont en hausse, du fait de la meilleure disponibilité du parc. Aussi, le groupe note une "forte amélioration organique, principalement portée par de meilleurs prix captés et une baisse des coûts d’exploitation."

Tout savoir sur le coronavirus Covid-19

La pandémie de coronavirus Covid-19 frappe de plein fouet la vie quotidienne des Belges et l'économie. Quel est l'impact du virus sur votre santé et sur votre portefeuille? Les dernières informations et les analyses dans notre dossier. 

Par thématique:

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés