Les sanctions contre l'Iran favorables à la Chine

©EPA

On s'attend à ce que China Natinonal Petroleum Corp. prenne la place du groupe français Total dans un projet de 5 milliiards de dollars pour développer, côté Iran, un des plus grands champ gazier au monde. Les déclarations sont toutefois encore contradictoires.

Le Chinois CNPC pourrait bien profiter des sanctions américaines contre l'Iran et prendre la place du Français Total dans le développement d'un énorme champ gazier. L'entreprise publique chinoise CNPC avait rejoint en 2016 un consortium avec le français Total et l'iranien Petropars pour développer la phase 11 du champ gazier de South Pars, un des plus grands au monde. Jusqu'à présent, sa participation se montait à 20%, Total détenant 50,1%.

Total avait fait savoir qu'il se retirerait de ce projet s'il n'obtenait pas une dérogation aux sanctions américaines.

"La China National Petroleum Corp (CNPC) a remplacé le français Total avec une participation de 80,1% dans la phase 11 de South Pars", a déclaré samedi Mohammad Mostafavi, directeur des investissements de la compagnie pétrolière iranienne Nioc, cité par l'agence de presse iranienne Irna.

L'information reste toutefois au conditionnel pour le moment.

Plus tard dans la soirée, Mohammad Mostafavi est revenu sur ses propos, déclarant à l'agence de presse du ministère iranien du pétrole, Shana, que les termes du contrat signé en 2017 en vue du développement de la phase 11 de South Pars étaient pour le moment inchangés.

Une porte-parole de Total interrogée par Reuters après la première annonce de Mohammad Mostafavi n'avait pas souhaité faire de commentaire.

CNPC n'avait pas confirmé non plus l'information de l'agence Irna.

Lire également

Contenu sponsorisé

Partner content