Mega en pole position pour capter les clients de Belpower

©BELGA

Rien ne va plus pour le fournisseur d’énergie Belpower, basé à Bruxelles. Le fournisseur liégeois Mega part avec une longueur d'avance sur beaucoup de ses concurrents pour capter ses clients.

Cela sent la fin pour le fournisseur d’énergie Belpower, actif dans les trois régions du pays. Les principaux gestionnaires de réseau de distribution sont en train de lui retirer son accès au réseau. Ce sont plus de 13.500 clients qui vont être encouragés à se trouver un nouveau fournisseur. Et le fournisseur liégeois Mega, qui a notamment pour actionnaire le serial entrepreneur Laurent Minguet, part avec une longueur d’avance sur beaucoup de ses concurrents.

"Nous étions en discussions avec Mega sur l’avenir de notre portefeuille clients, explique Nathalie Geschier, directrice commerciale de Belpower. Mais même si les gestionnaires de réseau ont eu beaucoup de patience, ils ne nous ont pas laissé le délai supplémentaire que nous réclamions pour transférer ce portefeuille correctement. Nous avons donc conclu un accord commercial avec Mega, d’autant que nous souhaitions laisser le choix à nos clients." Un accord qui donne l’occasion au fournisseur liégeois de formuler une offre préférentielle à l’intention des clients de Mega.

Car progressivement, ceux-ci doivent se trouver un nouveau fournisseur. La Cwape, le régulateur wallon du secteur énergétique, a annoncé hier que le gestionnaire de réseau liégeois Resa avait résilié le contrat d’accès au réseau de Belpower. Une décision prise par le GRD à cause des difficultés financières de Belpower et de l’importance des impayés qu’il avait à son égard. Les quelque 2.000 clients que compte Belpower sur le territoire de Resa ont été avertis qu’ils avaient 25 jours pour se trouver un nouveau fournisseur. A défaut, ils passeront chez EDF Luminus, le fournisseur de substitution de Resa.

Ores retire la prise aussi

Ores, le plus grand gestionnaire de réseau wallon, s’apprête à faire de même. "Nous allons suspendre l’accès aujourd’hui, Belpower n’ayant pas respecté ses plans de paiement", annonce Innes Mertens, directeur marché et clients chez Ores. Là aussi, tous les clients vont être informés qu’ils peuvent changer de fournisseur, et qu’à défaut, il seront desservis par le fournisseur de substitution d’Ores - qui est Engie Electrabel. Belpower compte un peu plus de 4.000 clients desservis par Ores.

Les deux gestionnaires de réseau flamand, Eandis et Infrax, ont pris la même décision hier, mais elle ne sera effective qu’à partir du 12 juin. En Flandre, Belpower compte environ 6.000 clients.

Il n’y a donc plus que chez quelques tout petits gestionnaires de réseau wallons et chez Sibelga, à Bruxelles, que Belpower a encore accès au réseau. Mais à Bruxelles aussi, une procédure a été entamée pour mettre fin à cet accès. "Une réunion de conciliation a eu lieu entre Sibelga et Belpower en présence de Brugel, explique la porte-parole du régulateur bruxellois, et ils ont jusqu’au 15 juin pour répondre à nos demandes. L’accès au réseau ne sera donc pas suspendu avant cette date."

L’activité de fourniture d’énergie, cela semble donc bel et bien terminé pour Belpower, filiale de Reibel, active dans la logistique internationale. " Nous avons encore pas mal de choses à faire, avec notamment des factures de régularisation à envoyer à certains de nos clients ", corrige Nathalie Geschier. Mais l’entreprise, qui explique ses difficultés par le basculement vers un nouveau programme informatique, au début de l’été dernier, accumulait les retards de paiement vis-à-vis des gestionnaires de réseau depuis des mois. La plupart d’entre eux ont donc décidé de retirer la prise.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content