Umicore préfère la Pologne à Anvers

©Umicore

C'est finalement en Pologne qu'Umicore va installer son nouveau site de production de matériaux pour batteries électriques. Quelque 400 emplois seront créés dans un premier temps.

En plus de ses unités de production en Corée du Sud et en Chine, Umicore devait choisir un site en Europe pour la production de matériaux pour cathodes utilisées dans les batteries électriques et destinées au marché automobile sur le Vieux Continent.

C’est désormais chose faite. Et ce ne sera pas à Anvers malgré les efforts déployés par les autorités locales pour attirer cette usine au sein de la cité portuaire. Le choix du groupe belge s’est porté sur la Pologne, à Nysa plus précisément.

La première phase de cet investissement est comprise dans le programme de 660 millions d’euros annoncé au début de cette année par le groupe spécialisé dans la technologie des matériaux et le recyclage et devrait rentrer en service vers la fin de 2020.

"Nysa se trouve à proximité de nos clients européens et nous donnera accès à une main-d'oeuvre technique compétente ainsi qu'à un approvisionnement en électricité à faible émission de carbone", se justifie Umicore dans un communiqué.

Cette première phase devrait créer jusqu’à 400 emplois.

Nouveau centre de compétence à Olen

Umicore qui tient son "Capital Markets Day" début juin en Corée du Sud a également décidé de construire un nouveau centre de compétence des processus sur son site existant à Olen, en Belgique.

Le but est de renforcer davantage la position de leader d'Umicore dans les processus de fabrication innovants et à faible consommation d'énergie, qui seront appliqués à ses installations de pointe dans le monde entier, explique le groupe. Cet investissement devrait être mis en service vers la fin de 2019 et entraînera le recrutement d'environ 20 chercheurs.

Lire également

Contenu sponsorisé

Partner content