Un administrateur en congé et toujours pas de président chez le régulateur Brugel!

©Photo News

Rebondissement concernant le conseil d’administration du régulateur bruxellois de l’énergie, Brugel: il faut relancer la procédure pour trouver un président, et un administrateur s’est mis en congé jusqu’aux élections.

Pas facile de renouveler le conseil d’administration de Brugel, le régulateur bruxellois de l’énergie. L’enjeu est pourtant important, puisque c’est le conseil d’administration qui est l’organe décisionnel de Brugel. Mais la procédure lancée en mars 2018 pour un renouvellement quasi-complet du conseil d’administration n’a pas donné les résultats escomptés.

Il y a d’abord le cas d’Eric Mannes, nommé comme administrateur "eau" en octobre. Problème: il était aussi conseiller sur ces matières au cabinet de la ministre bruxelloise de l’Environnement et de l’Energie, Céline Fremault (cdH). Il n’a donc pu prendre ses fonctions que le 1er janvier, après avoir mis fin à son contrat au cabinet. Et puis coup de théâtre, il s’est mis en congé de ses fonctions d’administrateur chez Brugel, apprend L’Echo. Et cela, pour retourner au cabinet Fremault jusqu’aux élections… "Il s’est déclaré empêché d’exercer sa fonction à partir du 13 mars pour pouvoir réintégrer le cabinet et terminer certains dossiers importants", confirme le cabinet Fremault, qui précise qu’Eric Mannes réintégrera le conseil d’administration de Brugel dès le 27 mai. Un aller-retour qui pose question, étant donné les exigences d’indépendance du régulateur.

Relancer la procédure

En ce qui concerne le nouveau président de Brugel, il faut purement et simplement relancer la procédure. Pascal Boucquey, qui avait été désigné comme président, a en effet renoncé au poste. Il était aussi conseiller juridique en chef à la Creg, le régulateur fédéral de l’énergie. Et l’autorisation de cumul des fonctions qu’il a demandé à son employeur lui a été refusée, le comité de direction de la Creg estimant qu’il y avait incompatibilité entre les deux. Il a donc choisi de conserver sa fonction à temps plein plutôt que d’occuper un mandat à temps partiel chez Brugel.

On s’attendait à ce que Maurice Bohet, conseiller au cabinet du ministre-président bruxellois Rudi Vervoort (PS) et classé deuxième, soit désigné comme président. Cela n’a pas été le cas. "Maurice Bohet se trouve en situation d’incompatibilité, comme membre d’un cabinet régional et agent statutaire de Bruxelles-Environnement, indique le cabinet Fremault. Le gouvernement a donc décidé, le 31 mars, de lancer un nouvel appel à candidatures pour la présidence du conseil d’administration de Brugel."

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect