BeHydro trouve le moyen de réduire les émissions des navires

Le premier utilisateur du nouveau moteur de BeHydro sera un remorqueur dans le Port d'Anvers. ©Tim Dirven

La joint-venture entre les groupes belges ABC et CMB a mis au point un moteur bicarburant prometteur dans le cadre de la transition énergétique.

BeHydro, une joint-venture belge créée par le fabricant de moteurs ABC (Anglo Belgian Corporation) et le groupe maritime CMB, entame la commercialisation d'un nouveau type de moteur bicarburant (diesel - hydrogène), d'une capacité d'un mégawatt ou plus. Avantage de ce nouveau moteur destiné aux bateaux, aux trains et même aux générateurs: il permettra de réduire les émissions de dioxyde de carbone jusqu'à 85%. Explications...

Fondé il y a deux ans, BeHydro puise à la fois dans les compétences d'ABC, un groupe gantois spécialisé dans les moteurs polycarburants, et dans les connaissances dans le transport de CMB. Il a développé, produit et testé un nouveau moteur conçu pour tourner aussi bien au diesel qu'avec de l'hydrogène, sur une base idéale de 15%-85%. Les premières commandes commerciales émanent du Port d'Anvers, où un premier remorqueur équipé de deux de ces moteurs, baptisé "HydroTug", y tirera des navires dans deux ans. L'hydrogène qu'il consommera sera de l'hydrogène bleu, ce qui signifie que le gaz sera un résidu de processus chimiques mis en œuvre par des usines installées dans le port. Sans nouvelle émission de CO2 donc, ce qui permet d'affirmer que, pour autant que le ratio de 15-85% soit respecté, le remorqueur émettra 85% de CO2 en moins.

Un moteur 100% hydrogène en chantier

Pourquoi avoir conçu ce modèle hybride? "Je proviens de l'industrie maritime, répond Alexander Saverys, le PDG de CMB: si, lors d'une de ses missions, un de mes navires équipés d'un tel moteur ne trouve pas d'hydrogène dans un port, que fait-on? Mais notre objectif est bien d'aller vers le moins d'émissions possible." Le problème est aussi qu'on ne trouve pas de l'hydrogène bleu ou vert (= provenant d'énergies renouvelables) dans chaque port et que les autres modes de production de l'hydrogène (gris, brun...) ne permettent pas d'éviter les émissions.

"En théorie, tout gros moteur diesel peut être remplacé par un moteur bicarburant BeHydro."
Alexander Saverys
PDG, CMB

BeHydro a une capacité de production de 100 moteurs bicarburants par an. La société a aussi l'intention de développer un moteur à hydrogène monocarburant: celui-ci sera prêt d'ici le deuxième trimestre de l'an prochain, estime-t-elle. Car le maritime (avec ses risques d'approvisionnement dans les ports lointains) n'est pas le seul domaine d'application visé: l'entreprise vise aussi les trains et les générateurs d'électricité pour les hôpitaux et les centres de données. "En théorie, tout gros moteur diesel peut être remplacé par un moteur BeHydro", souligne Alexander Saverys. Qui conclut que ce développement "prouve que la transition énergétique pour les applications à grande échelle est possible aujourd'hui".

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés