BlackRock entre en force dans le renouvelable belge

En rachetant le développeur de projets WindVision, BlackRock réalise son premier investissement dans le renouvelable en Belgique. © Lieven Van Assche

Le géant de la gestion d'actifs BlackRock s'est offert la totalité des parts du développeur de projets renouvelables belge WindVision, réalisant ainsi son premier investissement de ce type sur le territoire.

Par l'intermédiaire de son fonds Global Renewable Power III (GRP III), le gestionnaire d'actifs américain BlackRock vient de faire son entrée sur le marché belge de la transition énergétique. La cible de cet investissement est l'entreprise louvaniste WindVision, spécialisée dans le développement de projets éoliens et solaires en Belgique, en France et en Espagne, qui compte aujourd'hui 200 MW installés.

Le fonds acquiert ici 100% du capital de WindVision avec pour objectif de pérenniser les activités de la société fondée en 2002 et d'accélérer sa croissance. Côté management, rien ne change. Les équipes restent en place alors que BlackRock entend apporter son réseau financier à sa nouvelle propriété afin de lui permettre de devenir "un grand acteur européen". Se disant très enthousiaste, le CEO de WindVision, Simon Neerinckx a déclaré: "Les membres de BlackRock ont l'esprit d'entreprise et partagent notre vision d'une économie sans carbone. Cette culture d'entreprise correspond à la nôtre et nous permettra de réaliser nos ambitions, tout en restant fidèles à nos valeurs fondamentales."

Le renouvelable belge dans le viseur

Ce premier investissement dans le renouvelable belge pour BlackRock ne devrait pas être le dernier. "D'autres accords viendront. Nous avons l'ambition de devenir l'acteur de référence pour le renouvelable en Belgique", indique Stéphane Tétot, le responsable de l'équipe infrastructure et renouvelable chez BlackRock.

"D'autres accords viendront. Nous avons l'ambition de devenir l'acteur de référence pour le renouvelable en Belgique."
Stéphane Tétot
Responsable de l'équipe infrastructure et renouvelable chez BlackRock

Cette prise de participation dans WindVision représente un investissement conséquent. "Cela correspond à 7 à 10% du portefeuille d'actifs du fonds GRP III", souligne ici Stéphane Tétot. Un fonds dédié au renouvelable qui pèse tout de même près de 2 milliards d'euros et qui ambitionne de gonfler jusqu'à 3,5 milliards.

100 à 150 MW
Par an
L'objectif fixé à WindVision est d'installer 100 à 150 MW de capacités renouvelables par an.

L'objectif fixé à WindVision est d'ajouter la casquette d'exploitant à celle de développeur de projets et de pousser les capacités installées à 100 à 150 MW par an. Pour la suite, BlackRock lorgne des opportunités de taille conséquente, ce qui n'est pas chose aisée dans le marché belge.

"Le fonds a l'habitude d'investir par tranches de 200 à 300 millions d'euros par entreprise parce que c'est comme cela que l'on peut assurer la croissance de nos partenaires et la diversification de notre portefeuille", explique Stéphane Tétot. Or, en Belgique, les acteurs de taille moyenne dans le renouvelable se font plus rares. "A part dans l'éolien terrestre et maritime, les projets sont souvent de petite taille, ce qui sort du cadre de notre politique d'investissement", conclut Stéphane Tétot.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés