Boom des commandes de mazout en raison du gel et du télétravail

L’achat de 2.000 litres de mazout est 467 euros plus cher qu’en avril de l’an dernier. ©BELGAIMAGE

Ce lundi, les commandes de mazout de chauffage ont explosé auprès des négociants, déclare leur fédération. Le télétravail et la météo poussent les ménages à passer commande.

«Chez nos membres, le téléphone sonne sans arrêt», souligne Johan Mattart, directeur général de la Fédération belge des négociants en combustibles et carburants. «Lundi matin, nous avons reçu en quelques heures des commandes pour toute une semaine. Tout le monde est sur le pont.»

Johan Mattart fait remarquer que la pandémie contraint de nombreuses personnes à travailler chez elles, où elles veulent être au chaud pendant la journée. «Les gens prévoient une période de gel prolongée et veulent l’anticiper. Ce sont surtout les ménages équipés d’une petite citerne qui craignent de tomber à court de mazout.»

Johan Mattart ne s’attend pas cependant à ce que nombreux Belges voient leur citerne se vider dans les prochains jours. «Au printemps dernier, nombre d’entre eux ont profité de la chute des prix pour la remplir à ras bord.» Le 30 avril 2020, le prix maximum du mazout de chauffage avait atteint en effet un plancher de 0,311 euro le litre après la chute du pétrole brut sous la barre des 20 dollars le baril en raison d’une surabondance de l’offre.

Dérogation temporaire

Pour pouvoir servir les clients rapidement, la fédération des négociants en carburants demande au cabinet du ministre de la Mobilité, Georges Gilkinet, d’accorder aux chauffeurs une dérogation temporaire pour les temps de conduite et de repos. «Nos membres doivent respecter les mêmes temps de conduite et de repos que les chauffeurs actifs dans le transport international, alors qu’ils passent plus de temps en dehors du camion qu’au volant de leur véhicule. Nos chauffeurs n’effectuent que de petites tournées sur le plan géographique», poursuit Johan Mattart.

Le prix maximum du mazout de chauffage pour une livraison d’au moins 2.000 litres grimpe ce mardi de 1,09 cent pour passer à 0,5447 euro le litre, signale le SPF Économie. L’achat de 2.000 litres de mazout est donc 467 euros plus cher qu’en avril de l’an dernier. Cette hausse résulte du redressement du cours du pétrole, qui est à nouveau aussi élevé qu’avant la pandémie. Le cours du Brent , qui est le prix de référence en Europe, est passé ce lundi pour la première fois en un an au-dessus de 60 dollars le baril.

Le prix du brut n’a pas cessé de progresser ces derniers mois en raison de la baisse de production décidée par le cartel pétrolier OPEP et ses alliés. C’est surtout l’Arabie Saoudite qui a sabré dans sa production en février et mars derniers pour pouvoir réduire ses énormes stocks. L’Agence internationale de l’énergie estime que les stocks mondiaux ont diminué de 300 millions de barils depuis le mois de mai de l’an dernier.

Par ailleurs, le marché s’attend à ce que les campagnes de vaccinations contre le coronavirus et le plan de relance de l’administration Biden boostent l’économie mondiale et donc la demande de pétrole. Le président américain veut en effet injecter 1.900 milliards de dollars supplémentaires dans l’économie américaine. Le Congrès devrait lui donner son feu vert.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés