Publicité

Carmeuse, Engie et John Cockerill s'allient pour la capture de CO2

Le processus de production de chaux est responsable de 70% des émissions de CO2 de Carmeuse. ©Carmeuse

Un projet conjoint des trois entreprises permettra de concentrer le CO2 émis par un nouveau type de four de Carmeuse afin de le combiner à de l'hydrogène et produire du gaz renouvelable vert.

Un nouveau projet oeuvrant à la décarbonation de l'économie vient de voir le jour en Wallonie. Et c'est même une première mondiale. Ensemble, les industriels Carmeuse et John Cockerill et l'énergéticien Engie, ont mis au point un système permettant de capturer et concentrer le CO2 rejeté par un nouveau type de four du producteur de chaux Carmeuse afin de le récupérer et le combiner à de l'hydrogène, lui-même produit par l'intermédiaire d'un électrolyseur de 75 MW fournit par John Cockerill.

De cette combinaison sera rendue possible la production de "e-methane", soit un gaz renouvelable pouvant être directement injecté au réseau de distribution ou bien servir d'alternative aux carburants utilisés dans l'industrie et les transports.

Première mondiale

Le projet, dont le coût total est estimé à 150 millions d'euros, est supposé démarrer en 2022 afin que les installations soient opérationnelles à l'horizon 2025. Selon les trois acteurs, celui-ci devrait permettre à la Région wallonne d'éviter l'émission de quelque 900.000 tonnes de CO2 lors des 10 prochaines années.

150
millions d'euros
Le projet aura nécessité un investissement de 150 millions d'euros.

Cette initiative est la première à combiner les expertises de tels acteurs dans le but de transformer du CO2 en gaz renouvelable, grâce à l'intervention de l'hydrogène. Notons que l'électrolyseur fournit par John Cockerill sera alimenté en électricité issue des capacités de production renouvelable d'Engie. On parle donc ici d'hydrogène vert.

La capture carbone, enjeu industriel

Par cette initiative, Carmeuse montre aussi la voie aux grands acteurs industriels et rappelle le rôle clé que peut jouer la capture carbone dans la transition énergétique. "Dans l'industrie, trois voies sont étudiées pour réduire les émissions de CO2: l'amélioration de l'efficacité énergétique des procédés, l'utilisation de renouvelable et des capacités de stockage et la capture carbone", nous explique Jean-Yves Tilquin, directeur de la cellule R&D chez Carmeuse.

"70% de nos émissions proviennent de la production et sont inévitables."
Jean-Yves Tilquin
Directeur R&D chez Carmeuse

Ici, le producteur de chaux compte s'attaquer aux émissions de CO2 découlant directement de la production et ne pouvant pas être compensées par l'apport d'électricité verte. "70% de nos émissions proviennent de la production et sont inévitables. C'est pourquoi nous nous penchons sur la transformation du CO2 et son utilisation en tant que matière première", développe Jean-Yves Tilquin. "Ici, le défi pour les industriels est de parvenir à réconcilier la qualité de la concentration de CO2 à la sortie des opérations industrielles avec les besoins inhérents à la technologie de transformation de CO2", ajoute-t-il.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés