Changements au sommet du groupe Engie

Avant de rejoindre Engie en 2015, Pierre Mongin était PDG de la RATP. ©AFP

Pierre Mongin, le bras droit d'Isabelle Kocher, quittera le groupe à la fin de l'année.

Engie a annoncé ce mercredi le départ de Pierre Mongin, le bras droit d’Isabelle Kocher, qui a l’intention de "prendre progressivement du recul" cette année. Un départ qui touche la Belgique a plusieurs titres: l’ancien CEO de la RATP devenu directeur général adjoint d’Engie ne chapeautait pas seulement la business unit Benelux, il a aussi joué un rôle clé dans le dossier des provisions nucléaires, toujours pas réglé. Il espérait au départ aboutir à un accord avec le gouvernement belge en quelques semaines, et clôturer le dossier pour mai 2018.

Il avait alors concocté un plan ambitieux pour diminuer le risque d’Engie sur Electrabel, sa filiale à 100%. Au menu: une réduction drastique du périmètre d’Electrabel et un cadre strict autour des provisions nucléaires, afin de se protéger de l’épée de Damoclès que représentent ces provisions et améliorer le profil de risque du groupe ainsi que le niveau de son cours de Bourse.

Ce plan était une contre-proposition à l’avant-projet de loi proposé par la Commission des provisions nucléaires pour mieux garantir ces provisions, qui doivent couvrir le démantèlement des centrales et la gestion des déchets. Mais le Premier ministre et la ministre de l’Énergie ont jugé ce plan concocté à Paris inacceptable. "Pas question de mettre dans une filiale tous les actifs vieillissants ou en extinction, dont la valeur décroît, pour ne pas faire face à ses obligations", avait alors expliqué Marie-Christine Marghem. Et au final, elle a fait déposer fin mars à la Chambre une proposition de loi plus dure encore que celle proposée par la Commission des provisions nucléaires.

Pierre Mongin reste secrétaire général du groupe jusqu’au 1er juillet, puis sera "senior advisor" de la directrice générale Isabelle Kocher jusqu’à son départ, fin 2019.

C’est Pierre Chareyre, qui était déjà membre du comité exécutif d’Engie, qui chapeautera désormais la business unit Benelux dirigée par le Belge Philppe Van Troeye.

Le comité exécutif d'Engie accueille par ailleurs trois nouveaux membres: Olivier Biancarelli, le directeur général de Tractebel, Gwenaëlle Huet, qui a développé les énergies renouvelables en France, et Wilfrid Petrie, qui était patron du Royaume-Uni, où il a développé un large éventail de solutions B-to-B innovantes.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect