Publicité
Publicité

CO2logic s'allie avec CYC2 pour mieux calculer les émissions

CO2logic calcule les émissions des organisations et aide celles-ci à définir une stratégie de réduction: avec l'outil de CYC2, elle pourra se concentrer sur sa mission principale. ©Frank Toussaint

Une petite société d'ingénieurs a mis au point un système de calcul rapide des émissions de CO2 des entreprises. Celui-ci a séduit CO2logic, devenu partenaire.

Les grandes entreprises sont de plus en plus nombreuses à mesurer et publier leurs émissions de gaz à effet de serre. Elles le font tantôt volontairement, tantôt sous la pression des fonds investisseurs, de plus en plus soucieux de l'impact de leurs participations sur le climat. Sous la pression aussi de l'Union européenne: la Commission a mis en chantier une directive qui contraindrait les sociétés de plus de 250 emplois à publier, à partir de 2024, leurs émissions et leurs efforts de réduction... Dans ce contexte, le partenariat que CO2logic met en place avec la petite société belge d'ingénieurs CYC2 trouve tout son sens. Cette dernière a en effet mis au point un système de calcul des émissions des entreprises automatisé et mis à jour quotidiennement. De quoi singulièrement leur faciliter la tâche.

"Au final, nos clients peuvent découvrir l'état de leurs émissions mis à jour quotidiennement."
Frédéric Witmeur
Cofondateur et directeur général de CYC2

"Au départ, nous avions créé la société CYC2 pour aider les entreprises à mieux maîtriser leurs dépenses en communication mobile", explique son cofondateur, Frédéric Witmeur. "Pour y arriver, nous nous connectons directement sur les registres des factures de nos clients sur le portail de chacun de leurs fournisseurs télécoms, après quoi nous reformatons ces données pour les rendre homogènes et facilement utilisables, ce qui permet à nos clients de contrôler leurs coûts et l'usage qui est fait de leur politique télécoms. L'an dernier, au cœur de la crise, nous avons cherché à nous réinventer." C'est alors qu'un des fondateurs de CYC2 a eu l'idée d'adapter ce système de suivi au calcul des émissions de gaz à effet de serre.

Se brancher sur les portails des énergéticiens

"Nous avons observé que dans la plupart des cas, les entreprises calculent leurs émissions à la main, si je puis dire, avec l'aide de consultants externes qui partent laborieusement à la pêche aux données", poursuit Frédéric Witmeur. "Nous avons analysé la méthodologie de calcul adoptée dans le cadre des Accords de Paris, le Greenhouse Gas Protocol (GGP), qui prévoit, avec des règles précises, de combiner les différentes consommations d'énergie des organisations: à la fois pour les bâtiments (gaz, électricité, chauffage, eau, déchets, etc.) et pour les transports (flottes et types de véhicules, cartes carburant, voyages en avion, etc.). Et nous avons appliqué aux émissions la même technique que pour les dépenses télécoms: nous nous connectons aux portails de tous les fournisseurs d'énergie et assimilés de chaque entreprise cliente, nous y collectons leurs factures et nous y appliquons la méthodologie du GGP. Au final, notre client peut découvrir l'état de ses émissions mis à jour quotidiennement."

Quelques grands noms se sont déjà laissé séduire: le groupe de paiement Swift, l'opérateur télécoms Orange Belgium, le sidérurgiste NLMK, la RTBF, Technord...

CYC2 a baptisé son application "Carbolean" et a commencé à la commercialiser dès l'an dernier. Quelques grands noms se sont déjà laissé séduire par sa formule: on peut citer le groupe de paiement Swift, l'opérateur télécoms Orange Belgium, le sidérurgiste NLMK, la RTBF, Technord... C'est aussi le cas du producteur de cartes d'identité électroniques Zetes, dont l'actionnaire majoritaire, le géant japonais Panasonic, est déjà tenu, au pays du Soleil levant, de publier ses émissions mois par mois. D'où l'intérêt, pour lui, que sa filiale belge soit elle aussi à même de les calculer mensuellement.

Offre commune avec CO2logic

Reste un écueil à lever: le bilan carbone reprend aussi les émissions indirectes liées à la chaîne d'approvisionnement, aux sous-traitants, ainsi qu'à la fin de vie des produits ou services. Ce qu'on appelle le "scope 3" dans le jargon. Carbolean ne permet pas pour l'instant d'intégrer celles-ci dans son système. "Mais il n'est pas impossible qu'à l'avenir, CYC2 y arrive aussi", souligne Benoît Quittre, le CEO de CO2logic.

"C'était compliqué pour nous d'aller chercher toutes ces données, d'où l'intérêt de l'expertise développée par CYC2."
Benoît Quittre
CEO de CO2logic

Pour CO2logic, développer une offre commune avec CYC2 présente un intérêt évident. "On expérimente actuellement pareille offre chez certains clients, explique Benoît Quittre. C'était compliqué pour nous d'aller chercher toutes ces données, d'où l'intérêt de l'expertise développée par CYC2. Quant à nous, nous apportons l'expertise nécessaire pour la suite: définir des mesures et une stratégie pour effectivement réduire les émissions des organisations clientes."

Selon lui, Carbolean permet non seulement un sacré gain de temps dans la collecte des données, mais aussi une meilleure prédictibilité. "On n'est plus dépendant de l'efficacité relative de chaque organisation à nous transmettre ses données", dit-il. Et Carbolean permet de faire des extrapolations: "le système calcule automatiquement les effets de telle ou telle nouvelle mesure de réduction sur les émissions globales du client à telle ou telle échéance", précise Frédéric Witmeur.

Un bel outil, qui sera parfait le jour où il s'appliquera au scope 3.

Le résumé

  • La petite société belge d'ingénieurs CYC2 a mis au point un système de calcul des émissions des entreprises automatisé et mis à jour quotidiennement: cette solution passe par une connexion directe sur les portails de chacun de leurs fournisseurs d'énergie.
  • Le système, baptisé "Carbolean", a déjà séduit plusieurs grandes entreprises telles que Swift, Orange Belgium, NLMK ou la RTBF.
  • Il a aussi retenu l'attention de CO2logic, la société spécialisée dans le calcul et les stratégies de réduction des émissions, qui a entamé une collaboration avec CYC2.
  • Y manque encore l'intégration des émissions indirectes chez les sous-traitants ("scope 3").

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés