Publicité
Publicité

ConocoPhillips revoit ses barils à la baisse

Conocophillips prévoit une baisse de sa production de pétrole au quatrième trimestre. Malgré des résultats positifs, le groupe déçoit donc les investisseurs.

Le groupe de pétrole américain Conocophillips a publié mercredi un bénéfice net part du groupe de 3,055 milliards de dollars pour le troisième trimestre, doublé sur un an et meilleur qu'attendu, porté par la hausse des prix pétroliers et des marges de raffinage. Au troisième trimestre 2009, le bénéfice avait atteint 1,470 milliard de dollars.

Par action, le bénéfice net hors éléments exceptionnels est ressorti à 1,50 dollar au troisième trimestre, alors que les analytes tablaient sur 1,45 dollar en moyenne.

Le chiffre d'affaires a progressé de 20% à 49,549 milliards de dollars sur un an, alors que les analystes misaient sur 45,59 milliards de dollars seulement.

"Nos plans pour faire progresser nos résultats par des dépenses d'investissement contrôlées, réduire la dette et racheter des actions sont sur les rails", déclare le PDG Jim Mulva.

Les activités d'exploration et production ont vu leurs bénéfice net avant impôt augmenter de 45% à 3,418 milliards de dollars.

Le groupe a produit en moyenne 1,72 million de barils équivalent pétrole par jour au troisième trimestre contre 1,79 million un an plus tôt. Ce déclin est dû "principalement à l'usure naturelle des champs" pétroliers matures, notamment en Amérique du Nord et en Europe, et à certaines cessions.

Des hausses de production en Chine et Australie, ainsi que dans les gisements de gaz de schiste aux Etats-Unis et au Canada, ont "partiellement compensé" la baisse de production globale.

ConocoPhillips s'attend à ce que ce recul se poursuive au quatrième trimestre avec une production anticipée à 1,71 million de barils équivalents pétrole par jour en moyenne.

"Au cours des années à venir, le déclin de la production devrait être atténué par de nouveaux projects en mer en Asie du Sud-Est, par des projects de gaz naturel liquéfié au Qatar et en Australie, par des projets de sables bitumineux au Canada et par le gaz de schiste aux Etats-Unis", a détaillé Mulva.

Les activités de raffinage et de distribution ont bénéficié d'une hausse des marges sur un an, et leur bénéfice a presque triplé à 396 millions de dollars.

 

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés