De l'électricité à coût nul pour Engie

©BELGAIMAGE

Engie Electrabel obtient 50 millions d’euros de réduction pour l’extension de la centrale de Coo. La réduction obtenue compense la totalité du montant de l’investissement.

Le fournisseur d’énergie Engie Electrabel récupérera intégralement les 50 millions d’euros investis dans l’extension de la centrale de pompage-turbinage de Coo-Trois-Ponts, grâce à une nouvelle réduction sur les tarifs du réseau, comme l’a appris notre rédaction. Pour l’augmentation des capacités de Coo, Engie bénéficiera durant cinq années d’une diminution des tarifs du réseau, qui correspondent à la contribution payée par les acteurs du secteur de l’énergie pour utiliser le réseau électrique à haute tension en Belgique.

En accordant de telles réductions, la Creg incite les opérateurs à investir dans de grands systèmes de stockage par batteries et des centrales de pompage..

La réduction obtenue pour Coo compense donc la totalité du montant de l’investissement. Elle résulte d’une mesure que la Creg, régulateur fédéral de l’énergie, a mise en œuvre en mars de l’an dernier après la modification en ce sens de la loi sur l’électricité décidée par le gouvernement Michel.

La transition vers plus d’énergie renouvelable exige en effet d’accroître les capacités de stockage, mais les investissements afférents ne sont pas encore rentables actuellement. En accordant une réduction substantielle des tarifs du réseau, la Creg veut ainsi inciter les opérateurs à investir dans de grands systèmes de stockage par batteries et des centrales de pompage comme à Coo. La construction d’une nouvelle capacité de stockage donne droit à une exonération des tarifs de réseau pendant les dix premières années. Et les exploitants qui accroissent la capacité de stockage existante d’au moins 7,5% bénéficient pendant cinq ans d’une exonération de leur tarif de réseau à hauteur de 80%.

Le premier

Engie Electrabel est le premier opérateur à utiliser cet incitant à grande échelle. Le fournisseur d’énergie avait annoncé, avant les vacances d’été, son projet d’augmentation de la capacité de stockage de la centrale de pompage-turbinage à Coo. La centrale est constituée de deux bassins d’eau qui fonctionnent comme une grande batterie énergétique. Les bassins, placés au sommet d’une colline, peuvent être entièrement remplis lorsque l’électricité est bon marché. Et au moment où la demande est élevée, l’eau passe par des turbines pour produire du courant électrique.

Engie veut faire passer la capacité à Coo de 1.080 à 1.160 mégawatts en rehaussant les murs du barrage du second réservoir et en modernisant les pales des turbines.

Engie veut faire passer la capacité à Coo de 1.080 à 1.160 mégawatts en rehaussant les murs du barrage du second réservoir et en modernisant les pales des turbines. Une fois remplie, la centrale peut produire pendant quelques heures autant d’électricité qu’une centrale nucléaire. Les travaux devraient se terminer en 2024.

Engie préconisait depuis longtemps l’instauration de mesures stimulant l’accroissement des capacités de stockage. "Notre installation de stockage à Coo pâtissait d’un handicap concurrentiel puisque nous devions payer deux fois les tarifs du réseau: une fois lorsque nous utilisions le courant pour remplir notre bassin et une seconde fois quand nous le vidions pour injecter de l’électricité dans le réseau", explique la porte-parole Hellen Smeets. "Avec ce double tarif, il était difficile pour nous de rentabiliser notre stockage. Nous obtenons à présent une exonération de 50 millions d’euros pour une période de cinq ans, ce qui correspond au coût de notre investissement."

À l’origine, les investissements d’extension devaient même bénéficier d’une exonération totale durant cinq ans, mais la Creg a durci quelque peu les conditions après avoir consulté le secteur de l’énergie.

À l’origine, les investissements d’extension devaient même bénéficier d’une exonération totale durant cinq ans, mais la Creg a durci quelque peu les conditions après avoir consulté le secteur de l’énergie. Tous les opérateurs n’étaient pas partisans en effet d’une telle exonération. Si Engie réduit de 50 millions d’euros sa contribution pour le réseau, ce montant devra être compensé quelque part, c’est-à-dire sur la facture des ménages et des entreprises. Par ailleurs, la Creg a demandé à Deloitte d’effectuer une étude comparative internationale qui a montré que les tarifs du réseau pour le stockage à grande échelle de l’électricité étaient déjà, en Belgique, inférieurs de 22 à 24% à la moyenne européenne.

Engie n’est pas privilégié. Des investisseurs dans du stockage par batterie de grande ampleur peuvent bénéficier également de l’exonération des tarifs du réseau, comme pourrait l’obtenir la centrale hydroélectrique Plate Taille à Cerfontaine. Cette autre centrale de pompage-turbinage de 140 mégawatts appartient à la société d’investissement wallonne Sofico et est exploitée par Lampiris. Les deux partenaires examinent actuellement si la modification tarifaire rend opportune une extension de la capacité de stockage.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect

Messages sponsorisés

n