De l'hydrogène wallon aux JO d'hiver de Pékin 2022

©John Cockerill

Une filiale de John Cockerill, le nouveau nom de CMI, a été choisie pour développer l'électrolyseur qui alimentera en hydrogène les Jeux d'hiver de Pékin 2022.

L'hydrogène qui sera utilisé aux Jeux d'hiver de Pékin 2022 sera wallon. C'est en effet une filiale de John Cockerill qui a été sélectionnée pour participer au développement de ce que la société wallonne présente comme le plus gros électrolyseur au monde. Un électrolyseur qui alimentera en hydrogène vert (c'est-à-dire produit à partir d'électricité renouvelable) une flotte de 85 bus qui circulera dans le village olympique des Jeux d'hiver de Pékin 2022.

©John Cockerill

Filiale chinoise

La société de maintenance et d'ingénierie wallonne CMI, qui s'est rebaptisée John Cockerill, a décidé de se diversifier dans le stockage d'énergie et l'hydrogène début 2017. Pour ce faire, elle s'est notamment associée à un acteur chinois important dans ce domaine, dont elle a acquis 56% du capital. Et c'est cette filiale, Cockerill Jingli Hydrogen, qui vient d'être choisie pour apporter le support technique et de fabrication nécessaire à la réalisation de cet électrolyseur de 7,5 MW destiné aux JO de Pékin.

Quinze autres contrats ont été signés dans ce domaine depuis le début de l'année par John Cockerill, mais pour des électrolyseurs de plus petite taille.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect