Des subsides pour aider à abandonner le nucléaire

©BELGAIMAGE

La ministre en charge de la question énergétique a rédigé un avant-projet de loi dans lequel elle propose d'offrir des subsides aux producteurs énergétiques prêts à accroître les capacités des centrales au gaz.

La ministre fédérale de l'Energie envisage d'octroyer des subsides à tous les producteurs d'électricité afin de sortir du nucléaire en Belgique. C'est ce qui ressort d'un avant-projet de loi consulté par "Le Soir".

Objectif? Inciter le secteur de l'énergie à augmenter ses capacités de production thermiques.

Un "mécanisme de rémunération de capacité" (CRM) serait instauré en 2020. Il devrait notamment soutenir les centrales au gaz. "Au moins 3.600 MW" de nouvelles capacités thermiques devront en effet être construites pour combler l'arrêt des centrales nucléaires de Doel et Tihange, a calculé le gestionnaire du réseau électrique Elia.

Comment fonctionnerait le système? 

Il agirait comme des enchères: le ministre compétent fixe le volume d'électricité nécessaire à un horizon de quatre ans (le temps nécessaire pour construire une unité). Un appel aux candidats pour livrer cette électricité est alors lancé en leur proposant des subsides. Ceux qui acceptent de fournir l'électricité pour le subside le moins élevé obtiennent le marché.

Coût du système?

Le consultant PwC l'évalue à 345 millions d'euros par an. Cela se traduira par une nouvelle "surcharge mécanisme de capacité" dans la facture, incluse dans le tarif d'Elia.

Le cabinet de la ministre fédérale de l'Énergie, Marie-Christine Marghem (MR), souligne que le texte est une "base" fournie par l'administration et qu'il n'y a pas encore d'accord politique. L'objectif est d'aboutir à un consensus pour le 31 mai.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés