Dividende "normal" chez Ores, qui crée son propre call center

©ores

Le gestionnaire de réseau Ores doit décider ce mercredi, à l'occasion de son assemblée générale, du versement d'un dividende de 85,2 millions (au lieu de 105,5 millions l’an dernier) et de la création d’un call center, Comnexio.

Pour les 197 communes et les intercommunales pures de financement actionnaires d’Ores en 2018, l’atmosphère devrait être moins à la fête que l’an dernier, lors de l’assemblée générale de ce mercredi. Le plus grand des gestionnaires de réseau de distribution de gaz et d’électricité en Wallonie leur propose en effet d’approuver un dividende en nette baisse: 85,2 millions d’euros, au lieu de 105,5 millions l’an dernier (des chiffres qui s’entendent hors redevances de voirie).

85,2 millions €
Ores prévoit de verser cette année aux communes un dividende de 85,2 millions, contre 105,5 millions l’an dernier.

Il s’agit en fait d’un retour à la normale. L’an dernier, Ores avait distribué un dividende hors normes, qui soldait un accord global conclu avec ses actionnaires dans le cadre du rachat des 25% qu’Electrabel détenait en 2014 dans le capital du gestionnaire de réseau. Un rachat lors duquel les communes avaient racheté non seulement les parts, mais aussi les réserves d’Electrabel, pour ne pas mettre Ores à contribution. Elles avaient ainsi mis à disposition du gestionnaire de réseau 400 millions d’euros de quasi fonds propres, mais rémunérés moins généreusement que de vrais fonds propres. Le dividende exceptionnel de l’an dernier, qui avait obligé Ores à puiser dans ses réserves, est venu clôturer ce chapitre.

Avec un bénéfice net consolidé assez stable en 2018, à 96,9 millions d’euros, plus question de générosité particulière vis-à-vis des actionnaires, qui vont recevoir un dividende qui tend à renouer avec les niveaux précédents: 84,2 millions distribués au titre de 2016, ou même 71,1 millions au titre de 2015.

Comnexio, nouvelle filiale

L’autre point important de l’assemblée générale du gestionnaire de réseau: la création de Comnexio, filiale d’Ores Assets, qui sera le "contact center" d’Ores. L’objectif? Se mettre en ordre vis-à-vis des décrets gaz et électricité, modifiés en mai 2018 suite à l’affaire Publifin.

Jusqu’ici, Ores faisait appel à la société N-Allo, qui a pour principal actionnaire Engie Electrabel. Une société dont Ores était lui-même actionnaire, avec 14% du capital. Or les décrets n’autorisent plus à un gestionnaire de réseau de distribution à détenir des parts dans une filiale commune avec un fournisseur d’énergie. En outre, le régulateur wallon, qui s’était penché sur les conventions conclues avec Engie Electrabel, n’avait pas obtenu toutes les assurances que les cloisons mises en place empêchaient Engie de disposer d’informations privilégiées au détriment de ses concurrents.

Ores a donc revendu ses parts dans N-Allo, avec une moins-value de 212.000 euros, et décidé de créer Comnexio, qui reprendra, à partir du 1er juin prochain, les activités que N-Allo assurait pour lui. Les 107 membres du personnel chargés de cette activité vont être transférés chez Comnexio. Leur lieu de travail, lui, ne changera pas. "À Gosselies, nous avons racheté le bâtiment à N-Allo, à qui nous louons certains espaces. Et à Eupen, c’est Comnexio qui occupe et loue des parties du bâtiment à N-Allo", précise Jean-Michel Brebant, porte-parole d’Ores.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect