Doel 1 doit être vidé de son combustible

©Photo News

Le réacteur de Doel 1 va être vidé entièrement de son combustible pour permettre la réparation de la fuite repérée dans le circuit de refroidissement de secours.

La fuite est légère, affirme Engie Electrabel, l’exploitant de la centrale, qui a décidé de la mise à l’arrêt du réacteur de Doel 1 le 23 avril, après avoir détecté des valeurs anormales concernant la quantité d’eau qu’il fallait rajouter dans le circuit. Engie Electrabel espérait alors une réparation rapide. Mais après investigations, cela s’avère plus compliqué que prévu – d’autant que les réparations doivent être réalisées dans une partie de la centrale où le niveau de radioactivité est particulièrement élevé.

"Ce tuyau est doté d’un système de fermeture, et la fuite se trouve entre ce système de fermeture et le réacteur, dans un endroit difficile d’accès, à l’intérieur d’une couche de béton."
AFCN
.

"La fuite vient d’un tuyau de secours relié au circuit primaire du réacteur, explique l’AFCN, le gendarme en matière de sécurité nucléaire. Ce tuyau est doté d’un système de fermeture, et la fuite se trouve entre ce système de fermeture et le réacteur, dans un endroit difficile d’accès, à l’intérieur d’une couche de béton."

"Pour réparer cette conduite de secours, qui fait partie du système de refroidissement en cas d’accident et qui a toujours été en état de fonctionnement, il faut mettre la centrale à l’arrêt et vider le réacteur de son combustible, vu les prescrits en matière de niveau d’eau dans la cuve", explique Anne-Sophie Hugé, porte-parole d’Engie Electrabel.

Ce déchargement total du combustible est assez inhabituel: en temps normal, seul un tiers du combustible est déchargé et remplacé à intervalles réguliers – généralement tous les 18 mois. "Il est toutefois déjà arrivé dans le passé que l’on vide totalement un réacteur, notamment à Doel 3 et Tihange 2 (les deux réacteurs concernés par les microfissures, NDLR). C’est également prévu dans le cadre de la prolongation de Doel 2", précise Engie Electrabel.

Pour réaliser cette réparation, l’exploitant a décidé d’anticiper d’un petit mois la révision du réacteur qui devait débuter fin mai, et se terminer le 1er octobre. La réparation va-t-elle se faire par l’intérieur du réacteur ou par l’extérieur? Engie Electrabel n’apporte pas de réponse pour l’instant. "Nous regardons encore comment nous allons procéder précisément. Le travail ne va pas commencer immédiatement, puisque nous devons tenir compte du délai de livraison des pièces de rechange nécessaires."

Lire également

Contenu sponsorisé

Partner content