Electrabel regagne des parts de marché en Belgique pour la première fois depuis 2013

©BELGA

Après des années de baisse quasi continue, Engie Electrabel regagne des parts de marché dans la fourniture d’énergie.

Dans le top 5 des fournisseurs d’énergie en Belgique, on trouve deux gagnants et trois perdants. Engie Electrabel et Lampiris, d’un côté, dont les parts de marché dans la fourniture d’énergie sont en hausse. EDF Luminus, Eneco et Essent, de l’autre, qui perdent du terrain. C’est ce qui ressort de chiffres de la Creg, le régulateur fédéral du secteur énergétique, arrêtés au 31 décembre dernier.

→ Les gagnants

Electrabel, qui détenait encore quasiment 50% des parts de marché en Belgique fin 2013, les a vues s’effriter au fil des ans. Mais ces derniers mois, la tendance est à la reconquête. L’évolution est claire en électricité (voir l’infographie ci-contre), et plus marquée encore en gaz. Et elle est entièrement due à l’évolution positive en Flandre.

©Mediafin

"Nous avons augmenté significativement nos parts de marché en Flandre, confirme Anne-Sophie Hugé, porte-parole d’Engie Electrabel, et cela alors que le marché est très concurrentiel. Nous continuons à élargir les canaux de communication avec nos clients, et il y a une nette augmentation du nombre de contrats conclus via notre site web. La progression s’explique aussi par certains achats groupés que nous avons remportés en Flandre fin 2017 et début 2018."

Chez Lampiris, la hausse est plus nette encore, en chiffres absolus comme en chiffres relatifs, et s’observe dans les trois Régions du pays. "Au moment de notre intégration dans le groupe Total, nous avons eu une petite perte de parts de marché, qui est maintenant résorbée, commente Gaëtan Mondet, directeur B2C. Nous avons fait le choix de nous retirer des achats groupés, à l’une ou l’autre exception près, et de renforcer nos autres canaux de vente, en travaillant davantage le cross selling et la rétention des clients. Nous avons renforcé notre marque, surtout en Flandre, par exemple en subventionnant le cyclo-cross. Et le rachat de Winwatt en 2018, qui installe des panneaux photovoltaïques ou des bornes de recharge, a aussi eu des effets de bord positifs."

"Nous avons augmenté significativement nos parts de marché en Flandre."
Anne-Sophie Hugé
porte-parole d’Engie Electrabel


→ Les perdants

EDF Luminus, lui, se trouve dans le camp des perdants. "Nous avons en effet connu une baisse en 2017, qui s’explique par la rotation des clients propres au marché belge. En 2018, la stabilité est revenue. Et les premiers signes pour 2019 montrent une tendance positive, qui prouve tout l’intérêt de notre stratégie, qui consiste à aider nos clients à consommer moins et mieux, en leur proposant des solutions d’efficacité énergétique", réagit Nico De Bie, responsable de la communication externe.

Eneco, devenu le troisième fournisseur du pays avec le rachat d’Eni finalisé en 2017, perd lui des plumes. Un recul qu’il n’attribue pas aux effets de l’intégration des deux entreprises. "Cela s’explique en grande partie par le fait que nous ne participons plus aux groupements d’achat, parce que nous estimons que le système ne tient pas la route", affirme Mark van Hamme, porte-parole.

Essent, qui a également vu ses parts de marché s’effriter, attribue ce recul à un changement de stratégie. "Essent.be était un discounter, il est devenu un fournisseur de confort, explique Koen Colpaert, communication manager. Dans ce contexte, nous avons décidé de ne plus participer aux achats groupés, qui à force de toujours pêcher dans le même bassin de consommateurs et de se concentrer uniquement sur le prix, apportent peu de valeur ajoutée à la transition énergétique. Nous pensons que notre stratégie conduira à une part de marché plus durable sur le long terme."

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect