Electrawinds et Eneco portent plainte contre l'accord nucléaire

©BELGA

Electrawinds et Eneco ont introduit une plainte auprès de la Commission européenne contre le protocole d'accord nucléaire entre le gouvernement fédéral et GDF Suez, la maison-mère d'Electrabel.

Bruxelles (L'Echo/De Tijd) - Les groupes d'énergie verte Electrawinds et Eneco ont introduit une plainte auprès de la Commission européenne contre le protocole d'accord nucléaire entre le gouvernement fédéral et GDF Suez, maison-mère d'Electrabel. La plainte a été déposée le 21 avril dernier, deux jours avant la chute du gouvernement fédéral.

Electrawinds et Eneco craignent d'être éjectés du marché à cause de l'accord, conclu à l'initiative du ministre de l'Energie Paul Magnette, prolongeant la durée de vie des centrales nucléaires.

Selon le protocole d'accord, Electrabel, filiale à 100% du français GDF Suez, est obligé d'investir une partie des plus-values générées par l'énergie nucléaire dans des énergies renouvelables. En plus de son monopole sur l'énergie nucléaire, GDF Suez détient un monopole sur l'énergie verte.  Le consommateur et l'environnement en subiront également des nuisances, craignent Electrawinds et Eneco.

les deux entreprises démontrent qu'il est plus facile et meilleur marché pour Electrabel d'investir massivement dans les énergies renouvelables, grâce à ses propres sites historiques. Electrabel est propriétaire d'anciennes centrales au charbon qui peuvent être transformées en grandes centrales biomasses avec un minimum d'investissement.

Des juristes indiquent que la Commission européenne ne peut lancer qu'une procédure informelle parce que la plainte concerne une loi pas encore publiée.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés