Elia toujours en quête d'un CEO

©Dieter Telemans

Le gestionnaire de réseau à haute tension a réalisé un bénéfice net en recul de 1,8% impacté par la faiblesse des taux d'intérêt à 10 ans. Il table néanmoins sur un dividende brut de 1,54 euro.

Elia se cherche toujours un nouveau CEO. Dans son communiqué relatif à la publication de ses résultats annuels, le gestionnaire de réseau à haute tension confirme avoir lancé la procédure pour désigner un nouveau CEO, sans autre commentaire. Mi-janvier, le Conseil d’Administration avait en effet mis fin au contrat de Jacques Vandermeiren, qui depuis est remplacé ad interim par François Cornelis.

Côté résultat, la Belgique a de nouveau été un importateur net d'électricité en 2014. L'importation nette a presque doublé, passant de 9,6 TWh en 2013 à 17,6 TWh l'an dernier, détaille vendredi Elia . Les volumes importés de France sont restés les plus importants, couvrant un peu plus de 50% des volumes importés totaux (21,8 TWh) et en hausse de 26,4%.

L'exportation d'électricité a elle diminué l'année dernière, de 44,9% à 4,2 TWh.

En 2014, Elia a réalisé un bénéfice net de 172,6 millions d'euros, en baisse de 1,8%. "En Belgique, le faible taux d'intérêt à 10 ans continue à peser sur le résultat régulé", relève Elia. Ce taux a fortement baissé ces derniers mois, ce qui représente un impact négatif de 9,4 millions d'euros.

Pour ses activités en Allemagne, via la société 50Hertz, le groupe Elia relève un résultat opérationnel (EBIT) en hausse de 24% en 2014. Cependant, le résultat net a diminué de 4,6% "à la suite de la disparition de certains éléments exceptionnels".

Le conseil d'administration proposera à l'assemblée générale des actionnaires un dividende brut de 1,54 euro par action.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés