Engie Electrabel restructure

©Photo News

Pas de licenciement sec de prévu, mais Electrabel restructure néanmoins. 275 départs volontaires sont prévus.

Engie/Electrabel veut faire des économies. Elle a annoncé ce jeudi en conseil d'entreprise extraordinaire un plan de restructuration. Il ne prévoit pas de licenciement sec, indique Jurgen Geeroms (ACV). Mais 275 départs volontaires sont prévus.

L'entreprise confirme les économies, à hauteur de 430 millions d'euros d'ici 2018 pour le Benelux.

L'objectif, c'est de retrouver une bonne santé financière pour 2018, donc. Les détails du plan ne sont pas encore connus.

Quel est le problème? "Suite à la baisse des prix de l'électricité, les marges dans le secteur sont fort sous pression", selon Geeroms.

Quels travailleurs sont concernés? "Nous estimons que 275 personnes quitteront l'entreprise sur base volontaire. Les détails doivent encore être déterminés. Nous devons adapter les effectifs à la réalité et aux parts de marché", dit le porte-parole de la société, qui ajoute qu'Electrabel continue à engager en parallèle. La possibilité de quitter l'entreprise à partir de 53 ans est notamment évoquée, selon le secrétaire ABVV (FGTB) Jan Van Wijngaerden. Il ne pourrait cependant pas s'agir d'une prépension. Le personnel administratif serait par exemple concerné.

Des investissements, aussi. Dans les années à venir, 1,8 milliard sera investi pour les centrales nucléaires. La plus grande part, 1,3 milliard, sera consacrée à la prolongation de la durée de vie de Doel 1 et Tihange 2, explique le porte-parole d'Electrabel.

Ce plan fait partie du programme "Lean 2018" de la maison-mère d'Electrabe, Engie .

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés