Engie (ex-GDF Suez) abaisse ses objectifs à cause des centrales belges

©BELGA

Electrabel a prolongé la durée d'indisponibilité de Doel 3 et Tihange 2 jusqu'au 1er novembre, au lieu du 1er juillet prévu. Impact pour l'ex-GDF Suez? 40 millions d'euros par mois. Engie revoit donc ses objectifs annuels à la baisse...

L'énergéticien français Engie (ex-GDF-Suez) a annoncé mercredi revoir légèrement en baisse ses objectifs de résultats pour 2015, en raison de la prolongation de l'indisponibilité, jusqu'au 1er novembre, des réacteurs de Doel 3 et Tihange 2.

 

• Le problème. Les réacteurs Doel 3 et Tihange 2sont à l'arrêt depuis le 25 mars 2014 afin de réaliser des tests supplémentaires sur leurs cuves, après la découverte de microfissures à l'été 2012. Le redémarrage était jusqu'à présent prévu au 1er juillet. Il a été reporté au 1er novembre en raison des "détails communiqués par l'Agence Fédérale de Contrôle Nucléaire sur le processus d'analyse du dossier des cuves" concernées, a annoncé Electrabel.

L'AFCN a confirmé à Electrabel qu'elle aurait recours aux expertises de trois organismes externes, avant de recueillir "les avis des différentes parties", puis de décider "si elle autorise Electrabel à redémarrer les réacteurs". Or l'autorité belge "a estimé que ce processus durerait encore quelques mois", souligne Electrabel.

 

• Les perspectives revues. Le groupe vise désormais un résultat net courant compris entre 2,85 milliards et 3,15 milliards d'euros, à climat moyen en France, contre une fourchette précédente de 3 milliards à 3,3 milliards d'euros.

"L'impact du non fonctionnement des deux centrales (Doel 3 et Tihange 2) sur le résultat net récurrent part du groupe est estimé à environ 40 millions d'euros par mois", a souligné Engie dans un communiqué.

 

Engie a également abaissé ses autres objectifs de rentabilité pour l'année en cours: il a désormais "une estimation d'Ebitda et de résultat opérationnel courant de respectivement 11,55 à 12,15 milliards d'euros et 6,65 à 7,25 milliards d'euros", contre des fourchettes de 11,7 milliards à 12,3 milliards et 6,8 milliards à 7,4 milliards auparavant.

•  Mais dividende inchangé. Le groupe confirme en revanche ses objectifs en matière de niveau d'endettement et de distribution aux actionnaires.

©REUTERS

 

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés