Engie s'attaque aux foyers britanniques

©REUTERS

Engie va concurrencer les six grands fournisseurs d’énergie au Royaume-Uni en lançant de nouveaux services destinés aux particuliers.

L’ancien GDF Suez est en discussions avec des collectivités territoriales et des partenariats devraient être annoncés dans les prochaines semaines. Dans un premier temps, Engie va passer des accords avec de grandes collectivités territoriales, en joint-venture, afin d’accéder aux marchés domestiques. Cette pratique n’est pas prisée par les six grandes firmes du secteur, qui accèdent généralement directement aux foyers et permettent aux consommateurs de choisir eux-mêmes leur fournisseur.

Engie compte passer des accords sur de grandes zones dans des villes comme Londres, Birmingham, Southampton ou Coventry.

"Le défi, pour les communes, est de réduire les coûts, a expliqué son directeur général pour le Royaume-Uni, Wilfrid Petri. Elles ont besoin de transformer leur façon de faire, et avec notre présence nationale, nous sommes capables de les aider à optimiser leurs processus."

Le groupe, détenu à un tiers par l’Etat français, a une position avantageuse par rapport à ses concurrents grâce aux partenariats déjà conclus par le passé avec des municipalités dans le cadre de la fourniture d’énergie à des grandes firmes ou à des pépinières d’entreprises.

Engie a construit ses activités autour des prestations aux entreprises et a acquis une certaine crédibilité en gérant l’approvisionnement d’énergie dans des complexes majeurs, comme le Parc Olympique, le Shard of London, le Victoria & Albert Museum ou encore Canary Wharf.

Chute des ventes en France et en Belgique

Cette stratégie d’expansion vers les particuliers britanniques intervient alors que les résultats du groupe sont en chute libre. En 2014, les ventes ont fondu de 25% en France et de 28% en Belgique, son deuxième plus gros marché. Le premier semestre 2015 a confirmé cette tendance à la baisse.

Les marges possibles au Royaume-Uni, où le groupe a généré 3,7 milliards de livres en 2014 pourraient permettre de limiter les dégâts. D’ici la fin de la décennie, le Royaume-Uni pourrait même devenir son deuxième marché devant la Belgique.

L’expérience acquise en France et en Belgique sur le nucléaire devrait également lui être utile au Royaume-Uni, dans le cadre notamment de son partenariat avec Toshiba pour la construction d’une centrale nucléaire au nord-ouest de l’Angleterre.

Huitième employeur

Avec 20.000 salariés, Engie est le huitième employeur étranger au Royaume-Uni, mais tarde à se faire connaître du grand public. L’autre grande société d’énergie dont l’Etat français est actionnaire, EDF, est une marque plus connue en raison de sa filiale EDF Energy, qui approvisionne 8 millions de foyers.

Engie n’est pas aidée par la difficulté de prononciation de son nom, qui a été changé au printemps dernier. Son directeur général Wilfrid Petrie a ainsi affirmé que les Anglais le prononçaient à la française, et inversement de l’autre côté de la Manche.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés