Eni entre dans la bagarre des prix de l'énergie

Photo News ©Photo News

Eni n'est pas resté passif face à l'offensive d'Electrabel et d'EDF Luminus, ses deux grands concurrents dans la fourniture d'électricité et de gaz en Belgique. Depuis le 1er janvier, le troisième fournisseur du pays, très présent sur le front publicitaire ces dernières semaines, et qui est déterminé à ravir la place de numéro deux à EDF Luminus, applique lui aussi de nouveaux tarifs. Il annonce une forte baisse de ses formules à prix fixe. La situation est toutefois fort variable selon le profil du client.

Et de quatre! C’est au tour d’Eni Belgique de se lancer dans la guerre des tarifs de l’énergie. Le troisième acteur du marché belge, né de la fusion de Distrigaz et de Nuon Belgique, qui veut se hisser à la deuxième place sur le marché belge, avec 1 million de clients en 2016, n’est pas resté longtemps inactif face aux offensives de ses concurrents.

Pour rappel, Eneco Belgique avait tiré le premier, en annonçant, fin novembre, une baisse de ses tarifs de gaz. Le 11 décembre, Electrabel sortait la grosse artillerie, promettant des baisses de tarifs jusqu’à 10% en électricité et jusqu’à 16% en gaz. Le 19 décembre, EDF Luminus, numéro deux du marché, ripostait en annonçant une diminution moyenne de la facture de ses clients de 150 euros par an.

Eni, très présent sur le front publicitaire ces derniers temps et qui prévoit encore d’importantes campagnes dans les semaines à venir, a suivi. "Nous voulons rester compétitifs. Depuis ce 1er janvier, nous appliquons de nouveaux tarifs, dont tous les détails sont déjà disponibles sur notre site, mais qui, malheureusement, ne figureront dans les comparateurs de prix qu’à la mi-janvier", explique Kathleen van Boxelaer, porte-parole d’Eni en Belgique. À noter que les Bruxellois ne sont pour l’instant pas concernés: Eni dit "analyser les conditions dans lesquelles il pourrait proposer des offres à de nouveaux clients résidentiels sur le marché bruxellois".

Eni annonce une baisse générale des formules à prix fixe, dont il a fait son cheval de bataille, tant pour l’électricité que pour le gaz. Quant aux tarifs variables, pour les nouveaux clients, ils sont désormais calculés sur base des prix des marchés boursiers de l’électricité et du gaz, répondant ainsi à la demande du gouvernement. "Cela représente également une baisse par rapport à nos tarifs antérieurs, mais plus limitée", note Kathleen van Boxelaer.

De l’importancede comparer

ENI Belgique ne chiffre pas précisément l’ampleur de la baisse. "Cela dépend des formules, du nombre de kilowattheures consommés, et dans quelle plage horaire", souligne Kathleen van Boxelaer.

Dans les exemples donnés par le fournisseur à notre demande, pour des tarifs fixes, la baisse se situe entre 3,9% et 6,7% pour l’électricité, avec une économie qui varie de 14,6 à 22,5 euros par an, et entre 4% et 5,3% pour le gaz, soit une économie qui se situe entre 39,5 et 58,15 euros par an. Pour ceux qui sont à la fois clients en gaz et en électricité, le gain annuel tourne donc entre 54 et 80 euros. La situation peut toutefois s’avérer moins favorable pour certains clients, comme ceux qui ne sont pas équipés d’un compteur bi-horaire. Selon nos calculs, le gain apporté par les nouveaux tarifs d’Eni est alors quasi nul - dans certains cas, il peut même y avoir une légère hausse des prix de l’électricité.

D’où l’importance de comparer précisément les différents tarifs dès que les comparateurs des régulateurs régionaux auront intégré la nouvelle donne.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés