Feu vert pour le projet de conversion d'électricité en gaz de Fluxys et Colruyt

A l'instar du projet Hyport mené par Deme dans le port d'Ostende, Hyoffwind convertira l'électricité renouvelable produite par les éoliennes offshore belges en gaz.

Colruyt et Fluxys lancent un appel d'offres pour la réalisation de leur projet conjoint de production d'hydrogène à partir d'énergie éolienne à Zeebruges. L'installation présentera une capacité de 25MW électriques et devrait coûter entre 30 et 35 millions d'euros.

Convertir de l'électricité en gaz par l'électrolyse de l'eau est une piste de plus en plus étudiée pour répondre aux exigences en matière de décarbonation des sources d'énergie. En Belgique, le premier projet d'ampleur industrielle de ce type s'appellera Hyoffwind et il devrait pouvoir commencer sa production d'ici 2023. Piloté par Fluxys et deux filiales du groupe Colruyt actives dans l'énergie éolienne, Eoly et Parkwind, Hyoffwind présentera une capacité de 25 MW électriques et élira domicile à Zeebruges.

35 millions
d'euros
Le coût du projet devrait se situer entre 30 et 35 millions d'euros.

Selon Fluxys, le coût du projet devrait se situer entre 30 et 35 millions d'euros. Conforté par une étude de faisabilité positive, le consortium a annoncé avoir lancé un appel d'offres pour la réalisation du projet, entérinant ainsi une collaboration entamée en 2018. "Le timing actuel prévoit de pouvoir prendre une décision d'investissement finale après cet été (après la procédure d'appel d'offres et de passation des marchés) pour ensuite pouvoir commencer, après l'obtention des permis et autorisations nécessaires, la construction de l'installation d'ici mi-2021", ont annoncé les trois entreprises dans un communiqué.

Course à l'hydrogène vert

Avec Hyoffwind, le consortium replace l'hydrogène au cœur des solutions envisagées pour garantir la sécurité d'approvisionnement en électricité du pays à la veille de 2025 et la sortie du nucléaire. En effet, à mesure que les sources renouvelables prennent une part toujours plus conséquente dans le mix énergétique, la nécessité de pouvoir stocker l'électricité produite croit. Le gaz, et plus particulièrement l'hydrogène vert, peut être stocké et offre ainsi une réponse à l'intermittence des éoliennes et des panneaux solaires.

"Plus il y a d'infrastructures power-to-gas en Belgique, mieux c'est."
Laurent Remy
Porte-parole de Fluxys

A ce jeu-là, Deme souhaite aussi participer. Plus tôt cette année, la société anversoise avait annoncé s'associer au port d'Ostende et à PMV, le bras financier de la Région flamande, afin de doter le port d'Ostende d'une usine de production d'hydrogène vert à partir de l'électricité générée par les parcs éoliens offshore voisins. Baptisée Hyport, cette installation serait la plus grande de ce type dans le Benelux puisqu'elle devrait permettre de produire 50.000 tonnes d'hydrogène par an à partir de 2025.

Pour autant, les deux projets ne semblent pas entrer en concurrence, si l’on en croit les communications officielles. "Plus il y a d'infrastructures power-to-gas, mieux c'est", souligne-t-on chez Fluxys, même si l'on tient à rappeler que "Hyoffwind arrivera en premier sur le marché".

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés