Fluxys candidat au projet gazier de Dunkerque

©-

Fluxys cherche à se prémunir de l’ombre que pourrait lui faire EDF via son projet de terminal gazier à Dunkerque. Le gestionnaire du terminal gazier de Zeebruges vient de faire une offre sur une participation pouvant s’élever jusqu’à 25% dans le projet du Français EDF. Aux côtés de Total.

Cette opération annoncée lundi en marge de la publication des résultats semestriels (lire ci-dessous) de Fluxys reste virtuelle. EDF a en effet annoncé fin juin le report de son projet. Pourquoi? L’énergéticien hexagonal estime que les conditions du marché ne sont pas réunies pour prendre une décision finale d’investissement. Plusieurs projets gaziers ont en effet été reportés récemment en raison de la conjoncture difficile sur le marché du gaz, frappé par la crise mondiale. La production mondiale de gaz a subi un "déclin historique" de 3,4 % en 2009.


Mais le projet à Dunkerque n’est pas pour autant enterré. Et c’est pourquoi Fluxys décide aujourd’hui de rentrer dans le futur chantier. La prise de position est stratégique car, et le régulateur des marchés du gaz et de l’électricité en Belgique (CREG) l’a souligné dans une étude en mars dernier, la concrétisation de ce projet risque de créer une solide concurrence au terminal de Zeebruges. Et surtout à son projet d’expansion. Catégorique sur ce point, la Creg estime que le projet de Dunkerque "contrecarre les possibilités d’expansion du terminal GNL à Zeebruges". Or, pour Fluxys, l’extension de Zeebruges est jugée déterminante face à l’importance du gaz naturel liquéfié (GNL) au niveau de l’approvisionnement de l’Europe et Zeebruges se situe à un carrefour de flux de gaz naturel. Une position belge stratégique qui a notamment permis de déjouer la crise russo-ukrainienne en 2009 en garantissant les flux de gaz vers l’est.


"Nous n’abandonnons certainement pas notre projet d’expansion mais évidemment cela dépendra de l’intérêt du marché", explique la porte-parole de Fluxys. Quant à la prise de participation à Dunkerque, Fluxys en attend des "synergies opérationnelles".

À 75 kM de Zeebruges

Pour accueillir plus de méthaniers, Fluxys a lancé une consultation de marché internationale fin 2007, en vue de jauger les possibilités d’une deuxième extension du terminal. Mais voilà, avec Dunkerque situé à 75 kilomètres de Zeebruges, cette initiative pourrait être confrontée à une solide concurrence. La Creg y voit d’ailleurs un parallèle avec le projet de GNL à Rotterdam à peine à 150 kilomètres de distance.

Le terminal GNL de Dunkerque devrait pouvoir accueillir des méthaniers dotés d’une capacité de GNL allant de 75.000 m³ à 267.000 m³. À titre de comparaison, le terminal de Zeebruges peut accueillir normalement des navires dotés d’une capacité de GNL de 155.000m³ à 250.000 m³.
Plus déterminant, les plans d’EDF prévoient une connexion au réseau gazier belge. L’objectif pour EDF est bel et bien d’apporter du GNL par "le plus court chemin" sur la plate-forme de négoce de Zeebruges et de pourvoir ses centrales électriques en Belgique de gaz naturel de manière modulable. Un cas de figure qui n’effraye pas Fluxys, qui rappelle que ses capacités gazières ont été vendues pour 20 ans.

Au niveau des résultats financiers, Fluxys a dégagé au premier semestre un résultat net de 63,6 millions d’euros, contre 52 millions il y a un an. Au niveau des produits des activités ordinaires, le résultat passe de 350 à 344 millions.

Le résultat opérationnel qui progresse à 63,6 millions d’euros a bénéficié de la fermeture de l’installation d’écrêtement des pointes à Dudzele.

Au niveau des perspectives, sa restructuration, et notamment la vente de ses participations dans Huberator, va lui rapporter environ 323 millions d’euros. D’un autre côté, Fluxys ne percevra plus le résultat des filiales transférées, ce qui se traduit par une diminution du résultat annuel de 9 millions d’euros.

 

 

 

 

Fluxys a dégagé au premier semestre un résultat net de 63,6 millions d’euros, contre 52 millions il y a un an. Au niveau des produits des activités ordinaires, le résultat passe de 350 à 344 millions. Le résultat opérationnel qui progresse à 63,6 millions d’euros a bénéficié de la fermeture de l’installation d’écrêtement des pointes à Dudzele. Au niveau des perspectives, sa restructuration, et notamment la vente de ses participations dans Huberator, va lui rapporter environ 323 millions d’euros. D’un autre côté, Fluxys ne percevra plus le résultat des filiales transférées, ce qui se traduit par une diminution du résultat annuel de 9 millions d’euros. l

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés