GBL n'exclut pas de nouveaux achats

Gérard Lamarche, Albert Frère et Ian Gallienne, les patrons de GBL (photo: David Plas) ©David Plas

Année 2013 bien remplie pour GBL qui a poursuivi son plan stratégique de diversification de son portefeuille. Tout bénéfice pour les actionnaires qui verront le dividende augmenter.

Au cours de l’année 2013, le holding GBL a enregistré un résultat net de 621 millions d’euros, à comparer aux 256 millions d’euros de l’année précédente. Le groupe d’Albert Frère a également présenté une résistance des cash earnings à 467 millions d’euros.

Ces résultats permettent au holding de proposer un dividende en hausse de 2,6%, à 2,72 euros. La poursuite de la diversification du portefeuille n’est pas exclue.

Création de valeur

"Nos résultats montrent que nous avons su créer de la valeur pour les actionnaires et qu’ils ont permis à GBL de saisir les opportunités de marché dans un contexte économique qui, peu à peu, redevient favorable", nous a déclaré Gérard Lamarche, administrateur-délégué de GBL.

Cette création de valeur se traduit notamment par une progression de 1,7 milliard d’euros (+ 12,6%) de l’actif net ajusté qui, au 31 décembre 2013, s’élevait à 14,9 milliards d’euros. "Le corollaire de cette performance est que le cours de bourse de GBL a désormais retrouvé son niveau proche d’avant la crise", a encore expliqué Gérard Lamarche.

Au cours de l’année écoulée, GBL a effectué quelques opérations majeures (cession de la moitié de sa participation dans GDF Suez ou prise de 15% du capital de SGS, leader mondial de l’inspection, du contrôle, de l’analyse et de la certification). Cette prise de participation s’inscrit directement dans le plan stratégique de diversification voulu par le holding d’Albert Frère.

Nouvelle prise de participation?

"Les résultats positifs de nos participations et la rotation de notre portefeuille débouchent sur un résultat net de 621 millions d’euros, en hausse significative", a précisé Gérard Lamarche.

En 2013, GBL a également franchi la barre des 3% dans le capital d’Umicore pour terminer l’année avec une participation de 5,6%. "Umicore est une très belle société", a expliqué l’administrateur-délégué de GBL. "Une nouvelle montée dans Umicore n’est pas à exclure et dépendra de l’évolution du cours même si nous sommes satisafits du niveau atteint aujourd’hui", a-t-il encore expliqué.

Après avoir précisé que le holding était peu endetté et qu’il disposait de 1,9 milliard de cash, Gérard Lamarche n’a pas écarté l’éventualité d’une nouvelle prise de participation. "Nous avons les moyens de continuer à diversifier notre portefeuille si nous croisons la bonne opportunité", a expliqué Gérard Lamarche, précisant qu’une participation dans une société non cotée serait une bonne chose.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés