GDF Suez doit acter des dépréciations

Gérard Mestrallet, le CEO de GDF Suez. © EPA ©EPA

GDF Suez confirme ses objectifs annuels malgré un recul de son chiffre d'affaires et de son Ebitda sur les neuf premiers mois de l'année. Mais l'énergéticien doit revoir la valeur de certains de ses actifs de production d’électricité et de stockage de gaz, ce qui va impacter son résultat net part du groupe. Explications...

Résultats en baisse au titre des neuf premiers mois de 2013 pour GDF Suez, qui signale surtout qu'il va revoir à la baisse la valeur de certains de ses actifs de production d'électricité et de stockage de gaz pour tenir compte d'une dégradation persistante des conditions économiques et régulatoires en Europe.

  Quel impact pour cette révision? L'energéticien a précisé dans un communiqué que cette révision des valeurs comptables aurait un effet sur son résultat net part du groupe en 2013 (non pas sur le résultat net récurrent).

Prévisions: GDF Suez mise toujours sur un résultat net récurrent part du groupe compris entre 3,1 et 3,5 milliards d'euros en 2013, après 3,8 milliards réalisés en 2012. Il vise le haut de cette fourchette. Il prévoit aussi un ratio dette nette/Ebitda inférieur ou égal à 2,5x et le maintien d’une notation de catégorie " A ".

A savoir

GDF Suez, qui subit notamment une baisse des prix de marché de l'électricité en Europe due à une combinaison de surcapacités et de faible demande, avait déjà dû déprécier deux milliards d'euros d'actifs en 2012.

Cet objectif repose toujours sur une estimation confirmée de résultat brut d'exploitation (Ebitda) de 13 à 14 milliards d'euros cette année, contre 17 milliards en 2012, sous l'effet notamment de la mise en équivalence de Suez Environnement .

Alors qu'il a déjà décidé de fermer, mettre sous cocon, convertir ou optimiser près de 14 gigawatts (GW) de capacités thermiques en Europe depuis 2009 - essentiellement des centrales à gaz -, le groupe annonce qu'il mènera une revue additionnelle portant sur 5 à 7 GW supplémentaires.

Les principaux chiffres: Le chiffre d'affaires est ressorti en léger repli de 0,3% à 59,6 milliards d'euros (-0,3%, +3,4% en organique), un peu mieux qu'espéré par les analystes, tandis que l'Ebitda a reculé de 6,5% à 10,3 milliards d'euros, pénalisé par des cessions et des effets de change négatifs, mais conforme aux attentes. 

GDF note un net recul des résultats de la branche Energie Europe, pénalisés notamment par l’indisponibilité des centrales nucléaires de Doel 3 et Tihange 2 jusqu’à début juin 2013.

Résultats en Belgique: En Belgique et au Luxembourg, les ventes d’électricité diminuent de - 18 %. Pourquoi? A cause de la baisse des ventes sur les marchés (pénalisées par l’indisponibilité des deux centrales de Doel 3 et Tihange 2) et à suite à des pertes de clients.

Investissements: GDF Suez continue également de tabler pour l'année en cours sur des investissements bruts entre 7 et 8 milliards d'euros et sur un ratio dette nette/Ebitda inférieur ou égal à 2,5 fois, contre 2,2 à fin septembre.

A savoir

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés