Publicité
Publicité

L'AIEA crée sa propre banque de combustible nucléaire

L'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) s'est prononcée vendredi à Vienne en faveur de la création d'une banque de combustible nucléaire qu'elle contrôlera, en vue de limiter le risque de prolifération d'armes atomiques.

Le conseil des 35 gouverneurs de l'AIEA a approuvé par 28 voix pour la proposition, faite par les Etats-Unis, de créer une banque de combustible pour un montant de 150 millions de dollars (115 millions d'euros).

Aucun pays n'a voté contre, mais six pays en développement (Venezuela, Tunisie, Afrique du Sud, Equateur, Brésil et Argentine) se sont abstenus et le Pakistan n'a pas participé au vote.

Le projet découle d'une proposition initiale de l'ancien chef de l'AIEA Mohamed ElBaradei, rejetée l'an dernier lorsqu'elle s'était heurtée aux pays en développement, qui accusaient les puissances nucléaires occidentales de nier leur droit à développer leur technologie nucléaire civile.

Selon la nouvelle proposition, soutenue notamment par le Royaume-Uni, la France, la Russie et les Emirats arabes unis, seuls les pays dont les livraisons ont été interrompues pour des raisons politiques et qui n'ont pas d'antécédent de prolifération pourront avoir recours à la banque, qui sera construite et gérée par l'AIEA.

Le Pakistan, non signataire du Traité de non-prolifération des armes nucléaires (TNP), a rejeté ces conditions: "Nous sommes donc obligés de nous dissocier de certains éléments du projet de résolution", a déclaré l'ambassadeur du Pakistan, Kurshid Anwar.

L'Union européenne a estimé que la banque "peut apporter certains avantages quant à la sécurité énergétique et la non-prolifération, sans fausser le marché existant".

Les installations pour l'enrichissement d'uranium servent à produire du combustible pour les centrales nuclaires, et permettent également la fabrication de la matière fissile nécessaire aux armes nucléaires.

En prenant en charge l'enrichissement, l'AIEA espère limiter les risques de prolifération des armes nucléaires.

Selon les partisans de cette banque, les pays qui souhaitent utiliser l'énergie nucléaire civile peuvent le faire sans posséder la technologie nécessaire à l'enrichissement et sans investir dans d'onéreuses infrastructures.

La Russie a annoncé cette semaine avoir créé la première banque de combustible nucléaire au monde à Angarsk, en Sibérie, qui fonctionnera sous l'autorité de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA).

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés