L'éolien s'essouffle en Allemagne

©AFP

Le ministre allemand de l’Économie, Peter Almaier (CDU), a convoqué hier une réunion de crise autour de l’éolien qui assure 20% de la production d’électricité dans le pays.

Les énergies renouvelables ont le vent en poupe en Allemagne. Surtout depuis que le pays a décidé de fermer ses centrales nucléaires (13% de la production d’électricité aujourd’hui) à l’horizon 2022 et ses centrales à charbon (38% du total) à l’horizon 2038. Si elle veut tenir ses objectifs, la République fédérale n’aura d’autre choix que de développer encore les renouvelables (40%), en premier lieu l’éolien qui représente 20% de la production d’électricité dans le pays.

Mais ce qui avait commencé comme un conte de fée est en train de virer au cauchemar. "En ce qui concerne l’expansion de l’éolien terrestre, l’Allemagne est passée de la voie rapide à la bande d’arrêt d’urgence", résume Achim Derck, président de la fédération allemande des chambres de commerce et d’industrie. Le pays, qui avait construit 6,6 gigawatts (GW) de capacités éoliennes terrestres en 2017 a vu ce chiffre chuter de moitié l’an passé. Pour 2019, le secteur attend moins de 1 GW d’installations nouvelles, selon les estimations de la Fédération mondiale de l’énergie éolienne, WWEA. Pour tenir sa part des objectifs climatiques définis lors de la conférence de Paris sur le climat (réchauffement climatique limité à 1,5 degré), l’Allemagne devrait construire chaque année 9 GW d’éoliennes supplémentaires, selon les calculs de Volker Quaschning de l’école de technique et économique de Berlin.

1,5 million de propriétaires

"En ce qui concerne l’expansion de l’éolien terrestre, l’Allemagne est passée de la voie rapide à la bande d’arrêt d’urgence."
Achim Derck
président de la fédération allemande des chambres de commerce et d’industrie

Petit retour en arrière. En 2000, le gouvernement allemand adopte la loi dite EEG (loi sur les énergies renouvelables) destinée à stimuler l’ensemble des énergies propres.

Le secteur éolien est tout particulièrement subventionné. Chaque particulier, chaque commune faisant édifier une éolienne est assuré de vendre son courant au réseau à un prix supérieur au cours du marché. Le pays compte aujourd’hui 30.000 éoliennes. La plupart appartiennent à des groupements de citoyens. 1,5 million d’Allemands sont aujourd’hui propriétaires d’éoliennes ou d’installations solaires. Les géants de l’électricité – RWE, EON, EnBW et Vattenfall – quasiment absents du créneau, ont ainsi perdu d’énormes parts de marché. Est-ce la raison qui a poussé chrétiens et sociaux démocrates à revenir sur la loi EEG en 2016, comme le supposent les Verts? La majorité d’Angela Merkel décidait alors dans son contrat de coalition d’encadrer plus strictement les subventions, accusées de plomber les finances publiques. Depuis, la part des nouvelles installations a chuté de 82%. Le secteur, qui compte 160.000 emplois, a perdu 26.000 postes du fait de nombreuses faillites.

Lire aussi | Qu'a fait le gouvernement Michel en matière de Justice? → La volonté réformatrice de Koen Geens reste inachevée

Le recul de la croissance est accru par la densité démographique du pays. Les terrains libres sont devenus rares, d’autant plus que les nouveaux projets se heurtent à la résistance acharnée des populations. 600 initiatives citoyennes ont fleuri contre les nouvelles installations. En ex-RDA, le parti d’extrême droite AfD a fait de la lutte contre les éoliennes l’une des priorités de sa politique énergétique, à côté du maintien du charbon, seule ressource de ces régions. La disparité légale accroît les obstacles. Ainsi en Bavière, la distance entre une éolienne et l’habitation la plus proche doit être de 10 fois la hauteur de l’installation (200 mètres pour les modèles de la dernière génération), ce qui rend toute construction de fait impossible. "Nous avons besoin d’une plus grande acceptation des populations, insiste Mathias Miersch, spécialiste environnement du SPD. Les réglementations comme celle de la Bavière rendent tout développement de l’éolien impossible. En Bavière, le secteur est au point mort." Pour relancer l’expansion du réseau, les acteurs allemands de l’éolien, réunis jeudi à Berlin, exigent notamment une réglementation uniforme dans le pays.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés