L'inactivité de nos centrales coûte 250 millions à Engie, l'action souffre...

©BELGA

Les travaux de révision planifiés sur Tihange 2 et Doel 4 ainsi que la prolongation de l'arrêt du réacteur Tihange 3 coûte cher à Engie...

Tuile belge pour Engie . Le géant français de l'énergie, présent en Belgique par le biais de Engie-Electrabel, indique que les travaux de révision de trois centrales nucléaires belges se traduiraient par un manque à gagner d'environ 250 millions d'euros sur son Ebitda et son résultat net récurrent.

Le groupe d'énergie explique dans un communiqué que les nouvelles révisions liés au problème de béton sur les réacteurs Tihange 2 et Doel 4 et la prolongation de l'arrêt du réacteur Tihange 3 représentent l'équivalent de plus de sept mois supplémentaires de non-fonctionnement des centrales.

"Le groupe a immédiatement décidé de mettre en place un plan d'actions spécifique pour réduire les effets de ce nouvel agenda de révision sur la performance financière en 2018", souligne Engie. "Le groupe est confiant dans sa capacité à compenser significativement l'impact de ces indisponibilités nucléaires."

Electrabel a annoncé vendredi prolonger jusqu'au 30 septembre l'arrêt du réacteur nucléaire Tihange 3 en raison d'une dégradation du béton d'un des bâtiments du site. Le redémarrage de ce réacteur de 1.000 mégawatts, à l'arrêt pour maintenance depuis le 31 mars, était initialement prévu le 1er juillet.

L'information pèse sur le cours de Bourse d'Engie. L'action a abandonné 4,81% (13,25 euros).

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés