La Belgique face à un hiver électrique difficile

©ANP XTRA

Doel 4 ne pourra pas redémarrer avant le 31 décembre. De quoi susciter une réelle inquiétude quant à l'approvisionnement du pays en électricité.

Electrabel a annoncé, ce vendredi, que les premiers résultats indiquent que les dégâts à la turbine de Doel 4 sont importants. "Sur base de cette analyse partielle, il apparaît que l’unité Doel 4 ne sera certainement pas disponible avec le 31 décembre 2014".

La Belgique se prépare un hiver électrique difficile. On sait en effet que les tests sont toujours en cours sur Doel 3 et Tihange 2, qui ne devraient pas non plus redémarrer avant la fin de l’année. La sécurité d’approvisionnement de la Belgique en électricité est clairement menacée en cas de circonstances défavorables.

"A court terme, nous ne prévoyons pas de problèmes, réagit Barbara Verhaegen, porte-parole d'Elia. Mais la situation sera sérieuse à partir de fin octobre, début novembre."

"C’est une mauvaise nouvelle, qui s’ajoute à une situation qui était déjà difficile suite à l’arrêt de Doel 3 et de Tihange 2, renchérit la secrétaire d'Etat à l'Energie Catherine Fonck dans un communiqué. La situation est tendue et va se compliquer au fur et à mesure que l’hiver approche et que les températures baissent. Le travail qui a déjà été entamé se poursuit et va, sur la base de cette information, être amplifié entre l’administration de l’Energie, Elia, le Centre de crise et GRDs (Synergrid). "

 Mercredi, du côté du gouvernement fédéral, on indiquait continuer à travailler sur un panel de mesures pour assurer la sécurité d’approvisionnement — des mesures dont on sait qu'elles comprennent notamment des délestages sélectifs, et sur lesquels on planchait déjà avant l’arrêt de Doel 4. En clair, il s’agit de coupures de courant ciblées, permettant de réduire la demande d’électricité aux moments critiques. On pense notamment à l’arrêt de l’éclairage sur les autoroutes ou dans les parcs publics, à la réduction de l’éclairage dans les trains ou d’un maximum de consommation électrique dans toutes les administrations.

Ces mesures nouvelles seraient appliquées en cas de conditions exceptionnelles, pour tenter d’éviter de passer à l’étape suivante: celle du plan d’urgence proprement dit, qui implique des délestages automatiques par zones. Pour éviter un "black-out" général, on couperait alors totalement le courant dans certaines zones du pays moins densément peuplées, réparties sur l’ensemble du pays, durant deux à trois heures.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés