La Pologne vise la "sécurité gazière" en 2035

Le premier ministre polonais, Donald Tusk (droite) et son homologue tchèque, Petr Necas, lors de l'inauguration d'un pipeline entre les deux pays le 14 septembre (c) EPA

Le gaz de schiste, décrié dans d'autres pays, devrait permettre à la Pologne de devenir indépendante de la Russie dans son approvisionnement. L'exploitation débutera en 2014.

Le Premier ministre polonais Donald Tusk a annoncé dimanche que l'exploitation commerciale des gisement de gaz de schiste commenceraient en Pologne à partir de 2014.

"En gardant un optimisme modéré, l'exploitation commerciale de gaz de schiste commencera en 2014", a déclaré M. Tusk aux journalistes à Lubocin (nord), un des lieux d'exploration des gisements polonais, considérés comme les plus importants en Europe.

Selon lui, la Pologne pourrait atteindre une "sécurité gazière" en 2035.

"Après des années de dépendance de notre grand voisin (Russie), nous pouvons dire aujourd'hui que ma génération connaîtra le moment où nous serons autonomes pour ce qui est du gaz et ce sera à nous de poser des conditions", a-t-il estimé.

M. Tusk a indiqué avoir obtenu "des assurances que les forages et leur exploitation convenable ne créeront pas de danger pour l'environnement". "C'est très important pour nous", a-t-il assuré.

Selon lui, "c'est un argument dans cette grande discussion en Europe autour de la question de savoir si le gaz de schiste est acceptable ou non".

La Pologne rêve de devenir un nouvel eldorado énergétique grâce à de gigantesques gisements de gaz de schiste, évaluées par les spécialistes à 5.300 milliards de m3, ce qui couvrirait ses besoins pour trois siècles.

D'autres pays sont réticents. La France a banni l'exploitation de ce gaz non conventionnel en raison des dangers pour l'environnement. Début mai, l'Assemblée nationale a adopté une proposition de loi interdisant la technique controversée de fracturation hydraulique pour son exploration et son exploitation.

Le commissaire européen à l'Energie Günther Oettinger a souligné récemment la nécessité de respecter "de hautes exigences en matière de sécurité et de normes environnementales".

"La meilleure façon de procéder est d'européaniser les standards. Nous allons donc présenter aux Etats membres des propositions au printemps prochain", a-t-il déclaré récemment à Wroclaw, dans le sud-ouest de la Pologne.

M. Oettinger a aussi souhaité "des normes communes de protection de l'environnement, pour que les Etats membres puissent accorder des autorisations d'exploitation dans un cadre clair".

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés