La sortie du nucléaire déverrouillée

©Belgaimage

La proposition de loi qui met en place le cadre pour un système de soutien aux centrales au gaz a été approuvée in extremis jeudi en séance plénière à la Chambre. De quoi déverrouiller la sortie du nucléaire.

La proposition de loi qui met en place un système de soutien aux centrales au gaz a été examinée in extremis ce jeudi en séance plénière à la Chambre. Un texte nécessaire pour fermer les centrales nucléaires tout en disposant de suffisamment de capacités pour assurer la sécurité d’approvisionnement du pays.

Il était attendu pour l’été. Il a finalement été présenté in extremis en séance plénière au Parlement, ce jeudi. Le vote est intervenu tard dans la soirée et la proposition a été approuvée par une large majorité. 

La N-VA n’a pas changé d’avis, même si elle avait approuvé le projet de texte avant sa démission du gouvernement: elle estime que ce mécanisme pose problème, parce qu’il donne un blanc-seing au gouvernement suivant, et qu’il risque de coûter trop cher.

"C’est le devoir qui nous commande de venir en soutien de ce projet devant une majorité en lambeaux."
Michel de Lamotte
Député cdH

Mais la ministre de l’Energie Marie Christine Marghem (MR) a pu compter sur le ralliement du cdH, du PS et d’Ecolo-Groen. L’enthousiasme n’était toutefois pas au rendez-vous. "Ne pas voter ce texte serait un cadeau à ceux qui plaident pour le prolongement du nucléaire. Nous allons donc soutenir la proposition, mais avec retenue et vigilance", a déclaré Kristof Calvo (Ecolo-Groen).

"C’est le devoir qui nous commande de venir en soutien de ce projet devant une majorité en lambeaux, pour nous assurer qu’aucun de nos concitoyens ne manquera d’électricité dans les prochaines années", a renchéri Michel de Lamotte (cdH).

"Que de temps perdu! s’est exclamé Jean-Marc Delizée (PS). L’examen de cette proposition aurait dû intervenir bien plus tôt. Nous sommes maintenant le dos au mur. Nous devons rompre avec le nucléaire, pour aller en 2050 vers un modèle 100% renouvelable. Nous soutenons donc ce projet de loi, mais il ne s’agit pas d’un soutien aveugle."

Selon les estimations réalisées par Elia en 2017, la Belgique aura besoin de 3.600 MW de nouvelles centrales au gaz en 2025, pour faire face à la sortie complète du nucléaire. D’où le développement de ce mécanisme de capacité, qui rémunère les installations pour la capacité qu’elles mettent à disposition du marché, et plus seulement pour l’énergie produite. Cette rémunération des capacités sera organisée via un système d’enchères, ouvert à toutes les technologies ainsi qu’aux capacités étrangères.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect