La SRIW a apporté 200 millions aux entreprises

xylowatt

La société financière publique a renoué avec les bénéfices en 2009.

Au cours de l’année 2009, la Société régionale d’investissement de Wallonie (SRIW) a aidé 28 entreprises pour un total de 134,6 millions d’euros, apprend-on dans le rapport annuel, qui vient d’être diffusé. Si l’on ajoute les interventions des filiales du groupe SRIW, on arrive à un total de plus de 193 millions d’euros injectés dans une bonne quarantaine d’entreprises.

"Un nombre grandissant de demandes concerne des investissements liés au développement durable, ce qui démontre l’attention croissante portée par les entrepreneurs de notre région à cette problématique", expliquent le président du CA Jean-Pascal Labille et celui du comité de direction, Olivier Vanderijst.

Cela s’est traduit par un prêt de 4,6 millions pour l’installation d’une unité de cogénération pour la scierie Barthel Pauls (Gouvy), une entrée dans le capital de Xylowatt (biomasse) à hauteur de 2 millions d’euros ou un prêt de 35 millions à Carmeuse, pour financer des projets de gestion des ressources naturelles.

Dans le même esprit, SRIW-Environnement est la filiale qui a assuré le plus d’interventions en 2009 (18 millions d’euros). Cela devrait se poursuivre cette année, grâce, notamment aux investissements dans l’éolien off shore. L’environnement passe ainsi de 9 à 12,5% du portefeuille industriel de la SRIW (725 millions au total). C’est désormais le deuxième secteur, loin derrière la chimie (28%). On retrouve ensuite les télécoms (11,5%) et les fabrications mécaniques et métalliques (8,25%).

Spin off

Les interventions pointées par la SRIW durant l’exercice 2009 tendent à démontrer l’attention accrue accordée aux spin-off. Outre Xylowtt, on retrouve une participation d’un million au capital de Promethera Biosciences (UCL, traitement de l’hépatite), de 1,7 million chez Nanocyl, de 300.000 euros chez Viridaxis (UCL, lutte biologique contre les insectes) et de 4,6 millions chez XDC (serveurs numériques pour les salles de cinéma).

Dans ce dernier cas, la SRIW est intervenue conjointement avec son homologue flamand la GIMV. Dans le projet Xylowatt, c’est avec son équivalent fédéral (SFPI), que la structure wallonne collabore. Les entreprises émergentes devaient aussi être à l’honneur dans le bilan 2010. "Nous avons participé à beaucoup de seconds tours de table cette année", confie en effet Olivier Vanderijst.

En 2009, la SRIW a récupéré une quinzaine de millions par la vente de ses participations dans Ensival Moret et Henogen, ainsi que le rachat du prêt par la s.a. La Pierre bleue.

La sriw simplifie

Au cours de l’année écoulée, la SRIW a commencé à élaguer sa myriade de filiales. L’opération de simplification s’est poursuivie en 2010, avec la création de SRWI Techno, qui regroupe Technicom, Technowal et Wallonie-télécommunciations.

SRIW-Techno ne s’intéressera qu’aux dossiers de plus d’un million d’euros, afin de ne pas entrer en concurrence avec les invest. Deux dossiers ont déjà été bouclés au premier semestre: Mondical telecom (1,5 million) et une participation de 4 millions (Belgacom apporte un montant équivalent) dans la holding qui chapeaute Softkinetic. Les deux interventions de la SRIW sont en partenariat avec des acteurs solides du secteur.

En 2008, la SRIW avait connu la première perte de son histoire. Elle a renoué avec les bénéfices en 2009 (16,5 millions). Cela lui permet de verser un dividende de 15 millions à la Région wallonne. Il sera affecté au financement du Plan Marshall.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés