La Wallonie va enfin exploiter son gaz de mine à Anderlues

Carlo Di Antonio ©BELGA

Initié par Albert Frère il y a dix ans, le projet de captage du gaz de mine sur le site d’Anderlues vient de recevoir le feu vert du gouvernement wallon.

C’est un vieux dossier qui voit enfin le jour! Après un premier permis octroyé par la commune d’Anderlues il y a quelques années, le gouvernement wallon a accordé jeudi à la société European Gas Benelux (EGB) un permis d’exploitation du gaz situé dans un ancien réservoir de Fluxys à Anderlues.

En gestation depuis une dizaine d’années, la demande avait initialement été introduite par l’homme d’affaires carolo Albert Frère, via sa filiale Transcor Astra qui exploitait déjà un site minier dans le nord de la France. Aujourd’hui, on retrouve derrière le dossier un autre acteur, la société lorraine La Française de l’Energie qui a racheté les activités d’exploitation du gaz de mine à l’homme d’affaires carolo.

13 millions de m³ de gaz

Situé sur l’ancien charbonnage d’Anderlues, le site a été exploité par Fluxys de 1976 à 2012 comme réservoirs de stockage souterrain de gaz naturel. Vidé du gaz naturel injecté par Fluxys, le site continue malgré tout de renfermer du gaz de houille (grisou) qui s’échappe du charbon encore en place. C’est ce qui en fait son intérêt pour les sociétés gazières. "La quantité de gaz de mine, appelé plus communément grisou, représente un potentiel exploitable, d’autant plus facilement dans le cas présent que toutes les installations étanches sont déjà en place", constate d’ailleurs le gouvernement wallon qui estime aujourd’hui que "l’exploitation de ce gaz permet d’éviter l’échappement de méthane vers l’atmosphère et constitue un potentiel de production d’énergie à partir de ressources disponibles naturellement dans le sous-sol wallon".

Le permis, qui doit encore être validé par le ministre de la Défense, vise l’exploitation du méthane qui s’échappe du charbon encore en place vers les vides des anciens réservoirs. Les estimations évoquent une réserve gazière de 13 millions de m³ par an sur 20 ans.

De l’électricité pour 23.000 ménages wallons

La collecte du gaz dans les vides miniers résiduels, "se fera au centre du périmètre du réservoir, au travers d’un ancien puits d’accès à l’exploitation dont la tête a été obturée et qui se trouve dans un local clos", explique le cabinet du ministre Carlo Di Antonio (cdH). Le gaz sera ensuite valorisé sur place au moyen d’une unité mobile de production d’électricité raccordée au réseau public, où l’énergie produite sera injectée. La production devrait représenter la consommation moyenne en électricité d’environ 23.000 ménages wallons chaque année.

Lire également

Contenu sponsorisé

Partner content