Le financement du prochain parc éolien en mer est bouclé

©Belgaimage

Le financement du prochain parc éolien en mer, au large des côtes belges, est bouclé. Northwester 2 représente un investissement de 700 millions d'euros.

Northwester 2, le prochain parc éolien en mer qui va se construire au large des côtes belges, a bouclé son financement. Ce projet, qui est détenu à 70% par Parkwind, le holding spécialisé du groupe et de la famille Colruyt et à 30% par le Japonais Sumitomo, représente un investissement de près de 700 millions d’euros. Outre l’apport des actionnaires, Northwester 2 va pouvoir compter sur 481 millions d’euros de financement, venus d’une part de banques commerciales, parmi lesquelles on retrouve les quatre grandes banques belges, mais aussi de la Banque européenne d’investissement et d’EKF, l’agence danoise de crédit à l’exportation.

"Le plus grand challenge a été le calendrier, parce que nous devons nous assurer que ce parc sera opérationnel en 2020, explique Peter Caluwaerts, directeur du projet. Un autre a été de diminuer les coûts." On se souvient, en effet, qu’après de très longues négociations, le gouvernement belge a réduit substantiellement le soutien aux derniers parcs en mer.

"Le plus grand challenge a été le calendrier, parce que nous devons nous assurer que ce parc sera opérationnel en 2020, explique. Un autre a été de diminuer les coûts."
Peter Caluwaerts
directeur du projet

Northwester 2 comprendra 23 turbines de 9,5 MW, des machines géantes avec un rotor de 164 mètres, installées à 50 kilomètres des côtes. Le parc, qui affichera une puissance de 219 MW, devrait produire chaque année l’équivalent de la consommation de 220.000 ménages.

"Je suis fier d’annoncer que nous allons construire un des parcs éoliens en mer parmi les moins chers d’Europe, souligne François Van Leeuw, co-CEO de Parkwind. Et je suis fier aussi d’annoncer aussi que nous allons lancer un mécanisme de participation citoyenne, pour permettre aux gens d’investir avec nous dans l’éolien en mer." Nortwhester 2 sera le quatrième parc de Parkwind en Belgique. L’entreprise, qui compte 80 personnes, est aussi occupée à construire des capacités éoliennes en Irlande et en Allemagne. Et ses ambitions ne s’arrêtent pas là. "Nous voulons construire davantage d’éoliennes en mer du Nord, mais aussi développer des projets en Asie", explique François Van Leeuw.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content